• Spectacle vivant
3 décembre 2019

Pierre Palmade : « Ce que le public préfère, c'est que l'on soit honnête »

L'humoriste était l'invité de Mots en scène le 15 novembre dernier pour inaugurer la nouvelle saison. Une rencontre à (re)voir en vidéo.

 

"Je passe ma vie à chercher à rencontrer mes idoles." Invité par la SACD et le journaliste Olivier Barrot pour lancer la nouvelle saison des rencontres Mots en scène, Pierre Palmade a fait le constat qu'en bientôt 30 ans de carrière, il a eu la chance de travailler avec un certain nombre de personnes pour lesquelles il n'est qu'admiration. A commencer par Jacqueline Maillan, celle par qui il eut, enfant, le déclic de la comédie et pour laquelle il eut la chance d'écrire. Mais cette rencontre se fit par ricochet, et sa carrière débuta par un partenariat décisif avec une autre humoriste : Muriel Robin. "On disait de Murielle qu'elle était la "Nouvelle Maillan". Elle lui ressemblait. Je suis monté à Paris pour la rencontrer" On sait la suite, racontée par l'intéressée sur la scène de la Maison des Auteurs de la SACD pour Mots en scène pas plus tard qu'en décembre dernier. Ils écriront son premier one-woman show à quatre mains : "Muriel est un clown, une comédienne incroyable capable d'improviser. Je donnais une idée, elle partait dessus du tac au tac. Quand elle s'essouflait, je la relançais. A l'époque nous étions vraiment les 2 moitiés d'un même humour."

Idoles

Le spectacle de la "Nouvelle Maillan" fait tellement parler de lui que l'"Ancienne Maillan" se décide à aller le voir par elle-même. A l'issue de la représentation, elle demande à rencontrer le co-auteur. Jacqueline Maillan demande à Pierre Palmade s'il a une idée de nouvelle pièce pour elle. "Je n'en avais pas, j'ai dit oui. J'avais 22 ans, c'est dur de dire des choses profondes sur une femme de 62 ans. Mais elle m'a laissé libre. Elle n'en revenait pas qu'un gamin soit fou d'elle." Lui n'en revient toujours pas d'avoir écrit sa Pièce Montée pour ce monstre sacré, disparu en 1992 : "Des fois je me demande si c'est vraiment arrivé", confie-t-il, songeur. "La pièce que j'ai écrite est la dernière qu'elle ait joué."  

Autre idole à lui tomber dans les bras : Pierre Richard. En 2006, il a l'audace de proposer au comédien de lui écrire une pièce et se retrouve à cosigner avec Christophe Duthuron Pierre et fils. Sur scène, il incarne le fils de l'acteur. Un souvenir qui lui est cher : "Je révélais sur scène mon homosexualité à Pierre Richard. C'est une scène que je n'ai jamais vécu avec mon propre père. C'était un luxe ultime de le faire avec Pierre." Pierre et fils fut loin d'être un succès instantané : "Les gens ont été le voir en croyant se poiler. Or la pièce se situe davantage dans un registre tendre. Elle a eu du mal à trouver le bon public."

Aucun problème en revanche pour capter l'audience avec Le Grand Restaurant. Un spectacle diffusé sur France 2 qu'il se félicite d'avoir pu écrire pour des comédiens qu'il vénère et toute une nuée, encore : Yolande Moreau, Gérard Depardieu, Jean Rochefort, André Dussolier ou encore Michel Aumont.   

Tournant

Parmi ses autres collaborations emblématiques comment ne pas évoquer Michèle Laroque, avec laquelle il composera sur scène un couple mémorable né dans Ils s'aiment en 1996. Un couple appelé à une belle postérité, ce que tous deux étaient loin d'imaginer au départ : co-écrit avec Muriel Robin, le premier spectacle mettait en scène plusieurs couples dans des situations différentes. Jusqu'à ce que Pierre Palmade et Michèle Laroque réalisent que le public n'en voyait, lui, qu'un seul sur toute la durée du spectacle. Il suffisait d'y penser et c'est de cette manière-là qu'ils le jouèrent dès lors dans Ils s'aiment puis dans ses deux suites, Ils se sont aimés (2001) et Ils se re-aiment (2012). En 2016, à l'occasion des 20 ans de cette association, ils décident d'en rejouer les meilleurs moments dans Ils s'aiment depuis 20 ans avec l'idée originale de faire monter sur scène Muriel Robin avec eux, en proposant en alternance à l'affiche : le couple original, un duo Pierre Palmade-Muriel Robin et un duo Michèle Laroque-Muriel Robin.

En 2008, il écrit et joue ce qui demeure son texte le plus personnel : Le Comique. Pour lui, un tournant dans sa carrière et dans sa vie. "Je menais une double vie à l'époque : le jour, je faisais des sketches, j'avais une existence petit-bourgeoise et la nuit je faisais le con, j'étais un dépravé. J'en ai eu marre et j'ai voulu raconter ça. Qui mieux que moi pour dire du mal de moi ?" Le Comique raconte les affres d'un humoriste noceur qui enchaîne les jeunes conquêtes. "J'y traite de l'alcoolisme, de l'arrivée du stand up, de mon déni d'âge la quarantaine venue et de mon homosexualité que j'ai longtemps mal vécue. Je ne l'aimais pas, mon homosexualité, parce que la société ne l'aimait pas et je l'ai crue." Cette mise à nue et la crudité de certains passages lui laissent penser que son audience sera plus confidentielle qu'à l'accoutumée : "J'ai cru que j'allais me couper de mon public populaire. Eh bien non : la pièce a plu ! Le public populaire, cela ne le dérange pas que cela soit trash. Ce qu'il préfère c'est que l'on soit honnête." De l'honnêteté, Pierre Palmade n'en a pas manqué au cours de ce numéro de Mots en scène. L'auteur n'a pas hésité à se livrer. Et il n'y avait personne dans la salle pour s'en plaindre, bien au contraire.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous

À voir aussi

23 juillet 2019

Avignon 2019 en images

Retour sur les temps forts de la dernière édition, où cette année encore, la SACD organisait de nombreuses rencontres et soutenait des spectacles.

Lire l’article