• Musique
2 décembre 2020

Hommage à Anne Sylvestre

La compositrice Catherine Verhelst salue la mémoire de l'immense Anne Sylvestre.

J’ai eu le grand honneur de remettre en septembre 2018 le Prix Maurice-Yvain à Anne Sylvestre…

J’étais vraiment très heureuse que cette proposition de remise de Prix ait reçue l’approbation générale et unanime du Conseil d’administration.

Et c’était une belle occasion de la rencontrer, de l’accueillir dans notre maison de la rue Ballu, elle qui faisait résonner et sonner ses mots, ses idées, ses révoltes avec son timbre de voix qu’on identifie dès les premières notes, comme tous les grands...

Quand j’ai appris sa disparition, par un petit mot d’une amie, une de ses fidèles spectatrices qui la suit depuis ses 16 ans, j’ai tout de suite  fredonné « Non, Non, tu n’as pas de nom… »

Pourquoi ? Je ne sais pas, mais cette mélodie douce est une de ses prises de position pour les droits des femmes, cette « chanson » créée un an avant le combat de Simone Veil pour le droit à l ‘avortement.

Egalement, tout de suite est venue « Clémence, Clémence a pris des vacances, Clémence ne fait plus rien… »

Ces « ritournelles » vous reviennent tout de suite, mots et musique, par leur mariage parfait qui les fixe pour toujours dans votre mémoire…

Anne Sylvestre, ce jour-là, m’a dit qu’elle donnait toujours des noms aux objets dont elle se servait, et son ordinateur mac, elle l’appelait Maurice. 

Ah bon ? Pourquoi Maurice ? 

Parce que Maurice Chevalier et sa pomme. 

La chanson, cet art du texte et de la musique emmêlés, dans des traversées en solitaire d’opéras minuscules et pleins.

Au revoir, Anne et merci 

Catherine Verhelst

 
photo : Catherine Verhelst et Anne Sylvestre lors de la remise du Prix Maurice-Yvain en 2018 (crédit : © LN Photographers/SACD)
 

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous

À voir aussi