• Spectacle vivant
16 juillet 2014

Nouveau partenariat entre l’Assemblée des Départements de France (ADF) et la SACD

À l’occasion du Festival d’Avignon 2014, l’ADF et la SACD ont conclu le 16 juillet 2014 une nouvelle convention de partenariat.

À travers cette signature, l’ADF et la SACD ont le projet de développer un partenariat durable afin de favoriser la rencontre et les échanges entre les créateurs et les responsables élus et techniciens des départements.

Cette convention permettra de lancer des initiatives et d’engager des démarches communes (colloques, séminaires, études et groupes de travail thématiques) en lien avec les débats sur le spectacle vivant et la culture, en France comme en Europe.

« À l’heure où se discute une réforme territoriale d’ampleur qui aura un impact sur le financement de la culture et du spectacle vivant et alors que la diversité culturelle est mal protégée, et parfois même remise en cause par la Commission européenne, le rassemblement de toutes les énergies pour soutenir la création est une nécessité. C’est le sens de cette signature pour la SACD.»

Pascal Rogard, directeur général de la SACD

 

« En signant cette convention, je témoigne en leur nom  de l’engagement renouvelé des départements en faveur de la création artistique, du spectacle vivant  et de la diversité culturelle. Nous sommes, avec la SACD, convaincus que nos efforts conjugués peuvent faire émerger une mobilisation, comme des actions innovantes et originales. Je suis comme Pascal Rogard certain que la dimension européenne de nos actions doit être développée sans attendre. Nos deux réseaux organiseront dès la rentrée de septembre une rencontre à Paris, pour croiser des témoignages d’artistes et d’élus.»

Claudy Lebreton, Président de l’ADF

 

Contact presse ADF :

Baptiste Maurin - 01 45 49 60 51 baptiste.maurin@departements.fr

Laurence Véchambre - 01 45 49 60 24 laurence.vechambre@departements.fr

Contact presse SACD:

Agnès Mazet – 06 85 12 29 59

agnes.mazet@sacd.fr

 

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
24 octobre 2014

La SACD et le SYNDEAC signent un accord majeur pour le théâtre public et les auteurs

La SACD et le SYNDEAC ont signé ce jour au ministère de la Culture et de la Communication un accord d’envergure pour la gestion des droits d’auteurs dans le théâtre public, en présence de la ministre Fleur Pellerin.

Ce nouvel accord, qui remplace celui signé en 1990, régit les relations entre les adhérents respectifs des deux acteurs majeurs du spectacle vivant. Il favorise la circulation des œuvres et le droit d’auteur en fondant sa rémunération sur la diffusion. Il intègre par ailleurs les spécificités du théâtre public dans le système de rémunération des auteurs et prévoit la mise en place d’un comité de suivi afin de construire au-delà des liens contractuels, un espace de dialogue entre les auteurs, les metteurs en scène et les producteurs de spectacle permettant d’anticiper les mutations les plus contemporaines de la création théâtrale.

À propos de la SACD : Fondée en 1777 par Beaumarchais, la SACD est une société de services aux auteurs. Elle regroupe près de 55 000 auteurs issus du cinéma, de l’audiovisuel et du spectacle vivant et a pour mission de percevoir, répartir et gérer les droits des auteurs, dès que leurs œuvres sont représentées sur scène ou diffusées à l’écran ou sur supports numériques. Elle met à la disposition de ses membres, une assistance sociale et fiscale et soutient, grâce à des actions culturelles financées par le dispositif de « rémunération pour copie privée », la création, la diffusion et la formation. La SACD est par ailleurs présente dans les instances nationales et internationales pour protéger les auteurs et leurs œuvres, défendre leur statut et leurs conditions de rémunération.

À propos du Syndicat National des Directeurs d’Entreprises Artistiques et Culturelles (SYNDEAC) : Le SYNDEAC représente près de 400 entreprises de création, de production ou de diffusion de spectacles vivants ou d’œuvres plastiques, toutes subventionnées de manière régulière et significative par le ministère de la Culture ou par des collectivités territoriales. Sous l’impulsion de sa présidente et du conseil national, élus tous les deux ans à parité hommes / femmes, le syndicat intervient dans trois domaines : la vie syndicale, le développement artistique et culturel par les politiques publiques et la chambre professionnelle. Le suivi de ces chantiers est assuré par une équipe professionnelle au service des adhérents.

Contacts presse 

SACD : Agnès Mazet - 01 40 23 45 11 - agnes.mazet@sacd.fr

SYNDEAC : Marie-Pierre Bayle  - 01 44 53 72 30 –  m-p.bayle@syndeac .org

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
27 janvier 2015

Tous les Théâtres en fête à la SACD

Les lauréats 2014 des Prix Plaisir du Théâtre sont Gérard Desarthe et Thomas Jolly.

Le rendez-vous incontournable de la création théâtrale

Depuis 2007, la SACD donne rendez-vous chaque année aux auteurs et artistes du monde du théâtre afin de célébrer la création théâtrale.

Elle est heureuse d’accueillir l’association Plaisir du Théâtre dont le jury indépendant, présidé par René de Obaldia de l’Académie française (composé d’écrivains, de critiques de théâtre et de comédiens anciens lauréats), attribue chaque année deux prix. Pour l’année 2014, Armelle Héliot a remis le Prix Plaisir du théâtre-Marcel Nahmias 2014 au metteur en scène et comédien Gérard Desarthe, et le Prix Jean-Jacques Gautier 2014 au comédien et metteur en scène Thomas Jolly.

La cérémonie s’est déroulée le 26 janvier dans les salons de la SACD en présence de Sophie Deschamps, présidente du Conseil d’Administration de la SACD, de Pascal Rogard, directeur général, de Louise Doutreligne, présidente de la commission Théâtre, accompagnés de membres du Conseil d’Administration.

Les lauréats de l’édition 2014

Le Prix Marcel Nahmias décerné à un écrivain ou à un comédien de théâtre (pour l’ensemble de son œuvre ou de sa carrière) est remis cette année au metteur en scène et comédien Gérard Desarthe.

Fils d’ouvrier menuisier, Gérard Desarthe naît en 1945 à Paris. À l’issue d’une adolescence agitée, il décide à 17 ans d’aller au bout de son rêve et de devenir comédien. À partir de 1963, celui qui se qualifie « d’acteur autodidacte » entame une carrière de comédien et travaille sous la direction notamment de Pierre Valdé, Jean-Michel Ribes, Jean-Pierre Dougnac, Denis Llorca, Marguerite Duras, Luc Bondy, Bernard Murat, Dominique Pitoiset et travaille à plusieurs reprises sous la direction d’André Engel, Jean Jourdheuil, Roger Planchon, Giorgio Strehler, Jean-Luc Boutté, Patrice Chéreau. Lauréat à deux reprises du Prix du Syndicat de la critique en 1978 pour Jean-Jacques Rousseau et en 1985 pour L’Illusion comique et Le Misanthrope, il reçoit en 1989, le Molière du comédien pour Hamlet de Shakespeare mis en scène par Patrice Chéreau.

On remarque également sa présence au cinéma et à la télévision sous la direction de Michel Deville, Claude Miller, Alain Corneau, Bertrand Tavernier ou encore Claude Berri, mais ce sont les planches qui l’attirent et désormais la mise en scène, qui dès 1986, le passionne. Parallèlement à son travail d’enseignement au Conservatoire National Supérieur Dramatique, il met en scène de nombreuses pièces telles que Le Cid (1988), Hygiène de l’assassin (1994), Turcaret (2002), L’amour en quatre tableaux (2006), Blackbird (2011) et Dispersion (2014).

Le Prix Jean-Jacques Gautier, du nom du célèbre critique du Figaro, décerné depuis 1989 à une personnalité émergente du monde du théâtre, est attribué pour l’année 2014 au metteur en scène et comédien Thomas Jolly.

Né en 1982 à Rouen, Thomas Jolly se passionne pour le théâtre dès l’âge de 11 ans. De classes en cours de théâtre, le comédien crée, parallèlement à sa licence d’études théâtrales, sa première compagnie. En 2003, il entre à l’École Nationale Supérieure du TNB à Rennes dirigée par Stanislas Nordey, et travaille notamment sous la direction de Jean-François Sivadier, Claude Régy, Hubert Colas ou encore Marie Vayssière.

En 2006, Thomas Jolly fonde sa compagnie la Piccola Familia composée de comédiens rencontrés au fil de sa formation au TNB, et commence son travail de mise en scène avec la pièce de Marivaux Arlequin poli par l’amour.

Entre ses créations et les commandes, il poursuit un travail de transmission engagé dès 2011 auprès de la 7ème promotion de l’école du TNB. 2010 est une date importante, il entame son travail sur Henry VI de Shakespeare qui aboutira à la création d’un spectacle hors-norme de 18 heures clos en 2014 et présenté dans son intégralité à l’occasion du 68ème Festival d’Avignon. C’est également en 2014 que Thomas Jolly devient artiste associé au TNB de Rennes. En 2015, il devient artiste associé au Théâtre National de Strasbourg.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
10 février 2015

Fernando Arrabal médaille d’honneur de la SACD

Sophie Deschamps, présidente du conseil d’administration de la SACD, a remis hier soir au poète, romancier, essayiste, dramaturge et cinéaste espagnol Fernando Arrabal la médaille d’honneur de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Cette distinction créée par le conseil d’administration de la SACD est destinée à saluer le talent et l’ensemble de l’œuvre d’un auteur.

La cérémonie s’est déroulée ce lundi 9 février dans les salons de la SACD en présence de Pascal Rogard, directeur général, Janine Lorente, directrice générale adjointe, et du conseil d’administration de la SACD. Le metteur en scène et dramaturge Jean-Michel Ribes, le réalisateur et poète chilien Alejandro Jodorowsky, le réalisateur Gustave Kervern et le metteur en scène argentin Jorge Lavelli, tous ont tenu à rendre hommage à l’un des fondateurs de la Pataphysique ! Grand passionné d’échecs, une surprise était prévue : Arrabal a pu au cours de la soirée jouer une partie d’échecs avec Fahim Mohammad, champion du monde scolaire des moins de 13 ans, ce qui a donné lieu à d’autres parties d’échecs entre les invités.

Un théâtre fou, brutal, clinquant, joyeusement provocateur

Né en 1932 à Melilla en Espagne, Fernando Arrabal est tout à la fois poète, romancier, essayiste, dramaturge et cinéaste. Ayant choisi de s’exiler pendant le Franquisme (il fait partie de ceux qu’on appelle les « desterrados »), Fernando vit en France depuis 1955.

Source de controverses, son œuvre est reconnue dans le monde entier et récompensée par de nombreux prix dont le grand prix de théâtre de l'Académie française, le prix Nabokov du roman, le prix Nadal du roman (Goncourt espagnol), la Médaille d’Or du Circulo de Bellas Artes. Au fil des ans il a réalisé sept longs-métrages, publié une centaine de pièces de théâtre, quatorze romans, huit cents livres de poésie, plusieurs essais et sa célèbre Lettre au général Franco du vivant du dictateur. Son théâtre complet est publié en de nombreuses langues (en deux volumes de plus de deux mille pages).

Il est également co-fondateur du mouvement Panique avec Roland Topor et Alejandro Jodorowsky, et Transcendant satrape du Collège de Pataphysique depuis 1990. Ami d'Andy Warhol et de Tristan Tzara, il a passé trois années avec le groupe surréaliste d'André Breton.

Fernando Arrabal vient de terminer une pièce en hommage à Cervantes, Pingüinas, qui sera créée le 23 avril au Teatro Español de Madrid.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous