• Spectacle vivant
15 septembre 2017

Francophonies en Limousin 2017 : la SACD engagée pour la diversité des écritures francophones

Du 20 au 30 septembre à Limoges, le festival des Francophonies en Limousin est le rendez-vous incontournable pour tous les auteurs du spectacle vivant francophone.

À l’occasion de la remise de son Prix de la Dramaturgie Francophone, la SACD fidèle partenaire du festival, est présente chaque année pour affirmer son soutien à la diversité et la vitalité des écritures francophones venues du monde entier.

Parce qu’elle est un acteur majeur du dynamisme de la création contemporaine, la SACD est engagée dans le combat pour la défense de la culture et de la diversité qui est un enjeu fondamental. Cet engagement s’exprime également dans son partenariat avec le prix RFI Théâtre auquel la SACD s’associe depuis sa création en 2014.

Le lauréat 2017 du Prix SACD de la Dramaturgie Francophone

Debout Un Pied de l'auteur camerounais Sufo Sufo

Attribué à l’auteur d’une œuvre d’expression française parmi une sélection de textes proposée par la Maison des Auteurs de Limoges, le prix SACD de la Dramaturgie Francophone 2017 est décerné au texte Debout Un Pied de l’auteur camerounais Sufo Sufo. La remise de ce prix décerné par la commission Théâtre de la SACD, aura lieu le dimanche 24 septembre à 13h00 à l’espace Côté Jardin situé dans le jardin du Bureau du Festival. Blandine Pélissier, membre de la commission théâtre de la SACD remettra le Prix 2017 à Sufo Sufo en compagnie de Marie-Agnès Sevestre directrice du festival des Francophonies. Cette cérémonie sera suivie par la remise du Prix RFI théâtre 2017 en collaboration avec  la SACD.

Sufo Sufo

Sufo Sufo, lauréat 2017 du Prix SACD de la Dramaturgie FrancophoneAuteur, comédien et metteur en scène, Sufo Sufo prend part à de nombreux chantiers et résidences d’écriture en Afrique et en Europe (Contexthéatrales, Univers des Mots, Tarmac des Auteurs,  Maison des Auteurs de Limoges,…). Il publie ses pièces Je suis libre donc je danse et Haute court 6600 aux éditions Scènes d’ébène au Cameroun et en France à celles de l’association ETGSO. De la Mémoire des Errants reçoit en 2014 le Prix du meilleur texte à Conakry dans le cadre d’Univers des mots. Boursier des programmes de résidences Visa pour la création,  Odyssée de l’ACCR et la Bourse du gouvernement français, Sufo Sufo a monté certains de ses textes tels que Croisement sur l’échelle de Richter, De la mémoire des Errants, à Conakry, au Cameroun, ils seront plusieurs fois joués en Afrique et en Europe.

En 2010, il fait une tournée africaine avec le spectacle Les deux frères, d’après un texte du romancier camerounais Séverin Cécile Abega. Depuis 2009, Sufo Sufo anime au Cameroun un laboratoire de recherche artistique appelé « Scènes Expérimentale » et prend aussi part à la mise sur pied de Contexthéatrales (Chantier contemporain du texte théâtral). 

Photo : © Christophe Péan

Les précédents lauréats du Prix SACD de la Dramaturgie francophone

Ce prix a été décerné en 2016 à Céline Delbecq (Belgique) pour L’enfant sauvage et à Edouard Elvis Bvouma (Cameroun) pour À la guerre comme à la Gameboy - en 2015 à Jonathan Bernier (Québec/Canada) pour Danserault – en 2014 à Pedro Kadivar (Iran/Allemagne) pour Pays –  en 2013 à Antoinette Rychner (Suisse) pour Intimite Data Storage – en 2012 à Larry Tremblay (Québec/Canada) pour Cantate de guerre –  en 2011 à Michel-Marc Bouchard (Québec/Canada) pour Tom à la ferme – en 2010 à Evelyne de la Chenelière (Québec/Canada) pour Les Pieds des anges – en 2009 à Jean-René Lemoine (Haïti) pour Erzuli Dahomey – en 2008 à Gerty Dambury (France) pour Trames – en 2007 à Khaldoun Imam (Syrie - Québec/Canada) pour Les Voix et les échos- en 2006 à Patric Saucier (Québec/Canada) pour Deux semaines après l’éternité – en 2005 à Jean-Pierre Cannet (France) pour Little boy, la passion et Marcel Zang (Cameroun) pour L’Exilé – en 2004 à Gustave Akakpo (Togo) pour La Mère trop tôt, et Suzie Bastien (Québec/Canada) pour Lukalila - en 2003 à Jalila Baccar (Tunisie ) pour Araberlin - en 2002 à Eric Durnez (Belgique) pour Bamako, mélodrame Subsaharien - en 2001 à Ahmed Ghazali (Maroc-Québec/Canada) pour Le Mouton et la Baleine et Marc Israël-Le Pelletier (France-Québec/Canada) pour Sarah et Lorraine.

La copie privée est une source de financement capitale pour les auteurs et pour la création contemporaine. Pour en savoir plus sur notre action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, n’hésitez pas à consulter la rubrique Soutiens à la création et le site de l’association «La culture avec la copie privée».

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
09 janvier 2014

La SACD aux BIS de Nantes : pleins feux sur les enjeux du spectacle vivant

Rendez-vous incontournable de ceux qui font le spectacle vivant, les Biennales Internationales du Spectacle de Nantes organisent les 22 et 23 janvier 2014 deux jours de débats, de spectacles et d’ateliers entre professionnels des arts de la scène et acteurs de la vie culturelle.

Partenaire fidèle de la manifestation, la SACD, grâce à son action culturelle financée par la copie privée,  propose 3 temps forts pour interroger les enjeux actuels de la création, soutenir les auteurs et les accompagner dans leurs démarches.

GRAND DÉBAT SACD - ÉGALITE HOMMES-FEMMES, MODE D’EMPLOI - MERCREDI 22 JANVIER A 15H,  SALLE 200

La sous-représentation des femmes dans le spectacle vivant est aujourd’hui une réalité reconnue et incontestable. Elle est même devenue centrale dans le débat politique sur les orientations du spectacle vivant. C’est pourquoi, à leur tour, les intervenants à ce débat, professionnels comme politiques, livreront leurs analyses et leurs propositions pour améliorer la place des femmes, tant dans les directions des établissements que dans la programmation artistique.

Avec Daniel Besnehard, délégué général, Nouveau Théâtre d’Angers – Centre Dramatique National Pays de la Loire, Laurence Equilbey, chef d’orchestre, directrice musicale d’Insula Orchestra et Accentus, Héla Fattoumi, co-directrice du Centre Chorégraphique National de Caen Basse-Normandie, Brigitte Gonthier-Maurin, présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes au Sénat, Madeleine Louarn, directrice du Théâtre de l’Entresort (Morlaix), présidente du SYNDEAC, Olivier Meyer, directeur du Théâtre de l’Ouest Parisien et du Théâtre de Suresnes-Jean Vilar et Reine Prat, inspectrice générale de la création, des enseignements artistiques et de l’action culturelle.

Ce débat est animé par Pascal Rogard, directeur général de la SACD.

BIS REPETITA: TU PITCHES À NANTES, ON SE REVOIT À PARIS ! - MERCREDI 22 JANVIER A 16H30

Fort de son succès, ce dispositif créé aux Bis de 2012 par le Centre national du Théâtre et la SACD, en partenariat avec la Lettre du spectacle, revient cette année aux Bis.

Le principe des Bis Repetita se joue en deux actes. Le Cnt et la SACD proposent dans un premier temps à des compagnies de théâtre de présenter un projet autour d’un texte d’un auteur vivant d’expression française. 7 propositions sont retenues pour les Bis et sont « pitchées » par les compagnies en 7 mn devant un jury de 7 personnes en présence de professionnels du spectacle vivant.  À l’issue de cette séance, 2 compagnies sont invitées à venir présenter dans un 2ème temps une lecture de ce texte, le 24 mars 2014, à Paris, à la Maison des Auteurs de la SACD.

Les compagnies sélectionnées et les textes mis en scène :

  • Cie La Mort dans la Boîte : Azote et fertilisants de Ronan Mancec, mise en scène Laure Fonvieille.
  • Cie Chenevoy : La Liste de Jennifer Tremblay, mise en scène Yves Chenevoy.
  • Cie United Mégaphone : Rouge d’Emmanuel Darley, mise en scène Maïanne Barthès.
  • Cie Nosferatu production : A Plates Coutures de Carole Thibaut, mise en scène Claudine Van Beneden.
  • Cie Le Théâtre du Rictus : La Ville de l’année longue de William Pellier, mise en scène Laurent Maindon.
  • Cie Le bruit du monde : 06 15 36 64 17 de Pauline Peyrade, mise en scène Quentin Vouaux.
  • Cie Théâtre du Vestiaire : Folkestone de Sylvain Levey, mise en scène de Dany Simon.

ATELIER : TOUT SAVOIR SUR LA FORMATION CONTINUE DES AUTEURS - JEUDI 23 JANVIER A 14H30, SALLE D

Comment fonctionne le dispositif de formation continue des auteurs ? Quelles sont les conditions à remplir pour y avoir accès ? Quelles sont les formations proposées ? Comment demander un financement ? Quel bilan pour cette première année ?

Depuis le printemps 2013, l’accès à la formation continue est ouvert aux artistes-auteurs, la SACD organise un atelier afin de répondre aux questions que les auteurs peuvent se poser et faciliter ainsi leurs demandes auprès de l’AFDAS.

Cet atelier est animé par Tatiana Maksimovic, déléguée régionale de l’AFDAS et Véronique Perlès, directrice du Pôle auteurs de la SACD.

Pour plus d’information sur place, rendez-vous sur notre stand au numéro 50.

La copie privée est une source de financement capitale pour les auteurs. Pour en savoir plus sur notre action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différentes manifestations soutenues par SACD, n’hésitez pas à consulter notre rubrique dédiée et le site de l’association « La culture avec la copie privée ».

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
27 mai 2014

Renouvellement de l'accord entre la SACD et le Syndicat national des scènes publiques

La SACD et le SNSP, Syndicat national des scènes publiques, ont signé ce jour le renouvellement de leur protocole d’accord de juillet 2008 sur les conditions applicables aux adhérents SNSP signataires d’un traité avec la SACD.

Les adhérents SNSP bénéficiant des conditions protocolaires issues de l’accord ont versé à la SACD en tant que producteurs/détenteurs des autorisations et/ou payeurs de droits, pour l’année 2013, plus de 2,4 M€ de droits pour plus 5 200 représentations.

À propos du Syndicat National des Scènes Publiques : Créé en 1995, le SNSP rassemble de nombreuses Scènes publiques subventionnées principalement par une (ou plusieurs) collectivité(e) territoriale(s) proposant à l'échelle d'un territoire, une programmation artistique. Ces scènes (scènes permanentes, festivals,…) assurent des missions de service public et sont gérées aussi bien sous statut privé que sous statut public. Elles sont représentées au SNSP par leurs directeurs. Les missions artistiques et territoriales de ces Scènes ont été codéfinies en juillet 2013, dans le cadre d’une Charte signée par la FNCC, Fédération nationale des collectivités territoriales pour la Culture, France Festivals et le SNSP.

À propos de la SACD : Fondée en 1777 par Beaumarchais, la SACD est une société de services aux auteurs. Elle regroupe près de 55 000 auteurs issus du cinéma, de l’audiovisuel et du spectacle vivant et a pour mission de percevoir, répartir et gérer les droits des auteurs, dès que leurs oeuvres sont représentées sur scène ou diffusées à l’écran ou sur supports numériques. Elle met à la disposition de ses membres, une assistance sociale et fiscale et soutient, grâce à des actions culturelles financées par le dispositif de « rémunération pour copie privée », la création, la diffusion et la formation. La SACD est par ailleurs présente dans les instances nationales et internationales pour protéger les auteurs et leurs oeuvres, défendre leur statut et leurs conditions de rémunération.

Contacts presse :

Pour le SNSP : Marianne Charpy, déléguée générale - 01 40 18 55 95 - m.charpy@snsp.fr

Pour la SACD : Agnès Mazet, attachée de presse - 01 40 23 45 11 - agnes.mazet@sacd.fr

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
16 juillet 2014

Nouveau partenariat entre l’Assemblée des Départements de France (ADF) et la SACD

À l’occasion du Festival d’Avignon 2014, l’ADF et la SACD ont conclu le 16 juillet 2014 une nouvelle convention de partenariat.

À travers cette signature, l’ADF et la SACD ont le projet de développer un partenariat durable afin de favoriser la rencontre et les échanges entre les créateurs et les responsables élus et techniciens des départements.

Cette convention permettra de lancer des initiatives et d’engager des démarches communes (colloques, séminaires, études et groupes de travail thématiques) en lien avec les débats sur le spectacle vivant et la culture, en France comme en Europe.

« À l’heure où se discute une réforme territoriale d’ampleur qui aura un impact sur le financement de la culture et du spectacle vivant et alors que la diversité culturelle est mal protégée, et parfois même remise en cause par la Commission européenne, le rassemblement de toutes les énergies pour soutenir la création est une nécessité. C’est le sens de cette signature pour la SACD.»

Pascal Rogard, directeur général de la SACD

 

« En signant cette convention, je témoigne en leur nom  de l’engagement renouvelé des départements en faveur de la création artistique, du spectacle vivant  et de la diversité culturelle. Nous sommes, avec la SACD, convaincus que nos efforts conjugués peuvent faire émerger une mobilisation, comme des actions innovantes et originales. Je suis comme Pascal Rogard certain que la dimension européenne de nos actions doit être développée sans attendre. Nos deux réseaux organiseront dès la rentrée de septembre une rencontre à Paris, pour croiser des témoignages d’artistes et d’élus.»

Claudy Lebreton, Président de l’ADF

 

Contact presse ADF :

Baptiste Maurin - 01 45 49 60 51 baptiste.maurin@departements.fr

Laurence Véchambre - 01 45 49 60 24 laurence.vechambre@departements.fr

Contact presse SACD:

Agnès Mazet – 06 85 12 29 59

agnes.mazet@sacd.fr

 

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
24 octobre 2014

La SACD et le SYNDEAC signent un accord majeur pour le théâtre public et les auteurs

La SACD et le SYNDEAC ont signé ce jour au ministère de la Culture et de la Communication un accord d’envergure pour la gestion des droits d’auteurs dans le théâtre public, en présence de la ministre Fleur Pellerin.

Ce nouvel accord, qui remplace celui signé en 1990, régit les relations entre les adhérents respectifs des deux acteurs majeurs du spectacle vivant. Il favorise la circulation des œuvres et le droit d’auteur en fondant sa rémunération sur la diffusion. Il intègre par ailleurs les spécificités du théâtre public dans le système de rémunération des auteurs et prévoit la mise en place d’un comité de suivi afin de construire au-delà des liens contractuels, un espace de dialogue entre les auteurs, les metteurs en scène et les producteurs de spectacle permettant d’anticiper les mutations les plus contemporaines de la création théâtrale.

À propos de la SACD : Fondée en 1777 par Beaumarchais, la SACD est une société de services aux auteurs. Elle regroupe près de 55 000 auteurs issus du cinéma, de l’audiovisuel et du spectacle vivant et a pour mission de percevoir, répartir et gérer les droits des auteurs, dès que leurs œuvres sont représentées sur scène ou diffusées à l’écran ou sur supports numériques. Elle met à la disposition de ses membres, une assistance sociale et fiscale et soutient, grâce à des actions culturelles financées par le dispositif de « rémunération pour copie privée », la création, la diffusion et la formation. La SACD est par ailleurs présente dans les instances nationales et internationales pour protéger les auteurs et leurs œuvres, défendre leur statut et leurs conditions de rémunération.

À propos du Syndicat National des Directeurs d’Entreprises Artistiques et Culturelles (SYNDEAC) : Le SYNDEAC représente près de 400 entreprises de création, de production ou de diffusion de spectacles vivants ou d’œuvres plastiques, toutes subventionnées de manière régulière et significative par le ministère de la Culture ou par des collectivités territoriales. Sous l’impulsion de sa présidente et du conseil national, élus tous les deux ans à parité hommes / femmes, le syndicat intervient dans trois domaines : la vie syndicale, le développement artistique et culturel par les politiques publiques et la chambre professionnelle. Le suivi de ces chantiers est assuré par une équipe professionnelle au service des adhérents.

Contacts presse 

SACD : Agnès Mazet - 01 40 23 45 11 - agnes.mazet@sacd.fr

SYNDEAC : Marie-Pierre Bayle  - 01 44 53 72 30 –  m-p.bayle@syndeac .org

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

  • Spectacle vivant
27 janvier 2015

Tous les Théâtres en fête à la SACD

Les lauréats 2014 des Prix Plaisir du Théâtre sont Gérard Desarthe et Thomas Jolly.

Le rendez-vous incontournable de la création théâtrale

Depuis 2007, la SACD donne rendez-vous chaque année aux auteurs et artistes du monde du théâtre afin de célébrer la création théâtrale.

Elle est heureuse d’accueillir l’association Plaisir du Théâtre dont le jury indépendant, présidé par René de Obaldia de l’Académie française (composé d’écrivains, de critiques de théâtre et de comédiens anciens lauréats), attribue chaque année deux prix. Pour l’année 2014, Armelle Héliot a remis le Prix Plaisir du théâtre-Marcel Nahmias 2014 au metteur en scène et comédien Gérard Desarthe, et le Prix Jean-Jacques Gautier 2014 au comédien et metteur en scène Thomas Jolly.

La cérémonie s’est déroulée le 26 janvier dans les salons de la SACD en présence de Sophie Deschamps, présidente du Conseil d’Administration de la SACD, de Pascal Rogard, directeur général, de Louise Doutreligne, présidente de la commission Théâtre, accompagnés de membres du Conseil d’Administration.

Les lauréats de l’édition 2014

Le Prix Marcel Nahmias décerné à un écrivain ou à un comédien de théâtre (pour l’ensemble de son œuvre ou de sa carrière) est remis cette année au metteur en scène et comédien Gérard Desarthe.

Fils d’ouvrier menuisier, Gérard Desarthe naît en 1945 à Paris. À l’issue d’une adolescence agitée, il décide à 17 ans d’aller au bout de son rêve et de devenir comédien. À partir de 1963, celui qui se qualifie « d’acteur autodidacte » entame une carrière de comédien et travaille sous la direction notamment de Pierre Valdé, Jean-Michel Ribes, Jean-Pierre Dougnac, Denis Llorca, Marguerite Duras, Luc Bondy, Bernard Murat, Dominique Pitoiset et travaille à plusieurs reprises sous la direction d’André Engel, Jean Jourdheuil, Roger Planchon, Giorgio Strehler, Jean-Luc Boutté, Patrice Chéreau. Lauréat à deux reprises du Prix du Syndicat de la critique en 1978 pour Jean-Jacques Rousseau et en 1985 pour L’Illusion comique et Le Misanthrope, il reçoit en 1989, le Molière du comédien pour Hamlet de Shakespeare mis en scène par Patrice Chéreau.

On remarque également sa présence au cinéma et à la télévision sous la direction de Michel Deville, Claude Miller, Alain Corneau, Bertrand Tavernier ou encore Claude Berri, mais ce sont les planches qui l’attirent et désormais la mise en scène, qui dès 1986, le passionne. Parallèlement à son travail d’enseignement au Conservatoire National Supérieur Dramatique, il met en scène de nombreuses pièces telles que Le Cid (1988), Hygiène de l’assassin (1994), Turcaret (2002), L’amour en quatre tableaux (2006), Blackbird (2011) et Dispersion (2014).

Le Prix Jean-Jacques Gautier, du nom du célèbre critique du Figaro, décerné depuis 1989 à une personnalité émergente du monde du théâtre, est attribué pour l’année 2014 au metteur en scène et comédien Thomas Jolly.

Né en 1982 à Rouen, Thomas Jolly se passionne pour le théâtre dès l’âge de 11 ans. De classes en cours de théâtre, le comédien crée, parallèlement à sa licence d’études théâtrales, sa première compagnie. En 2003, il entre à l’École Nationale Supérieure du TNB à Rennes dirigée par Stanislas Nordey, et travaille notamment sous la direction de Jean-François Sivadier, Claude Régy, Hubert Colas ou encore Marie Vayssière.

En 2006, Thomas Jolly fonde sa compagnie la Piccola Familia composée de comédiens rencontrés au fil de sa formation au TNB, et commence son travail de mise en scène avec la pièce de Marivaux Arlequin poli par l’amour.

Entre ses créations et les commandes, il poursuit un travail de transmission engagé dès 2011 auprès de la 7ème promotion de l’école du TNB. 2010 est une date importante, il entame son travail sur Henry VI de Shakespeare qui aboutira à la création d’un spectacle hors-norme de 18 heures clos en 2014 et présenté dans son intégralité à l’occasion du 68ème Festival d’Avignon. C’est également en 2014 que Thomas Jolly devient artiste associé au TNB de Rennes. En 2015, il devient artiste associé au Théâtre National de Strasbourg.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous