• Audiovisuel
3 juillet 2017

Aides du CNC : quels dispositifs pour les auteurs de fiction TV et d'animation ?

Une rencontre à destination des auteurs était organisée le 9 juin à la SACD pour présenter les principaux dispositifs de soutien du CNC en présence de deux responsables de sa direction de l'Audiovisuel. A revoir en intégralité en vidéo.

A l'issue d'une première rencontre avec les dirigeants du CNC consacrée aux aides aux auteurs de cinéma en janvier, Pascal Rogard, le directeur général de la SACD avait promis d'organiser une rencontre similaire à destination des auteurs de fiction TV et d'animation. Promesse tenue avec la venue le 9 juin dernier à la Maison des Auteurs-SACD de Valérie Bourgoin, la directrice adjointe de l'audiovisuel et de la création numérique du CNC, et Alice Delalande, la chef du service de soutien à l'animation et à la télévision, qui ont pu présenter les dispositifs de leur direction et répondre aux questions de l'assistance. 

Valérie Bourgoin a d'abord souligné l'ampleur des aides distribuées par sa direction. Sur les 650 millions d'euros que consacre le CNC aux aides, 350 millions sont réservés à l'audiovisuel. La majeure part est dédiée au documentaire mais près de 900 heures de fiction ont été aidées en 2016.

Les deux dirigeantes ont ensuite détaillé les aides que propose ou plutôt va proposer aux auteurs leur direction, car une réforme de ces dispositifs de soutien est en cours : elle a été soumise au conseil d'administration du CNC à la fin du mois de juin et devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2018. Pascal Rogard a d'ailleurs salué la volonté d’échange et la capacité d’écoute du CNC lors des consultations menées auprès de la SACD et d'autres organisations professionnelles, qui ont nourri le texte de cette réforme. La présentation qui suit tient donc compte des changements qui seront apportés au fonctionnement actuel. 

Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle fiction

Créé en 2005 et doté de 3,5 millions d'euros, ce dispositif de soutien aux auteurs est scindé en 5 aides, toutes sélectives, c'est-à-dire attribuées sur dossier par une commission composée de professionnels : l'aide au concept, l'aide à l'écriture, l'aide à la réécriture, l'aide à la co-écriture de séries de coproduction et l’aide au développement. Seule cette dernière aide est accessible aux producteurs ayant une option payante avec les auteurs d’un projet et garantissant l’investissement en numéraire de 20% du montant de l’aide accordée.  

L'aide au concept et l'aide à l'écriture

Ces deux aides à la création vont être prochainement clairement distinguées et laisseront le choix aux auteurs d’adapter leur dossier pour soumettre leurs projets à l’un ou l’autre des guichets en fonction de leur état d'avancement. De la souplesse sera néanmoins accordée aux commissions pour qu'elles puissent faire basculer, si besoin, un projet de l'une à l'autre. L'aide au concept est dotée de 7 500 euros, mais pourra être relevée à 10 000 euros en cas de collaboration afin de mieux valoriser les collaborations entre auteurs.

L'aide à l'écriture, attribuée à des projets à un stade plus avancé de développement, peut atteindre jusqu'à 30 000 euros.

En savoir plus

L'aide à la réécriture

Ces deux aides à la création vont être prochainement clairement distinguées et laisseront le choix aux auteurs d’adapter leur dossier pour soumettre leurs projets à l’un ou l’autre des guichets en fonction de leur état d'avancement. De la souplesse sera néanmoins accordée aux commissions pour qu'elles puissent faire basculer, si besoin, un projet de l'une à l'autre. L'aide au concept est dotée de 7 500 euros, mais pourra être relevée à 10 000 euros en cas de collaboration afin de mieux valoriser les collaborations entre auteurs.

En savoir plus

L'aide à la co-écriture de séries de coproduction

Réservée aux séries, elle n'est pas une aide aux producteurs mais bien aux auteurs, pour promouvoir dès l'écriture des projets de coproduction conçus comme d'initiative française. Quelques contraintes : les porteurs de projet doivent être au minimum deux, de nationalité différente ; l'un doit être français et l'autre doit être issu d'un pays européen ou francophone ; le projet ne doit pas avoir été optionné. Le CNC a consenti un effort budgétaire pour cette nouvelle aide qui ne devrait concerner qu'une poignée de projets chaque année avec un montant fixé à 50 000 euros afin de financer l’écriture d’un pilote mais aussi les frais afférents à une écriture collective et transnationale (déplacements, locaux, etc.). Pascal Rogard est intervenu pour annoncer que la SACD réfléchissait de son côté à un Fonds de soutien pour le même type de projet, précisant que les aides du CNC et de la SACD sont cumulables. 

Modalités

Concernant les modalités de tous ces soutiens du Fonds d'aide à l'innovation, quelques précisions ont été apportées : le CNC demande aux porteurs de projets de préciser si leur projet est sous option avec un producteur et, le cas échéant, par quelle société. Ces informations sont traitées en amont pour mieux « tracer » les origines des projets et être en mesure, 1 an plus tard, de vérifier que les projets sous option ne sont pas survalorisés dans la sélection des commissions. Ces informations ne sont donc pas transmises aux commissions de l'aide au concept et de l'aide à l'écriture, qui choisissent entre des projets anonymés. L'anonymat n'est en revanche pas de mise pour l'aide à la co-écriture de séries de co-production, comme pour l’aide à la réécriture.

A la demande d'un membre de l'assistance, Alice Delalande a expliqué que le CNC ne pouvait s'engager, en raison du nombre trop importants de candidatures reçues, à faire des retours aux porteurs de projets dont les dossiers n'ont pas été retenus en première sélection. Des retours sont systématiquement faits en revanche pour les projets examinés en commission plénière. 

Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle animation

Trois aides sont proposées pour l'animation : l'aide au concept, l'aide à l'écriture, et l'aide à la réécriture

Alice Delalande a souligné la plus grande souplesse dont s'est doté le CNC pour examiner les dossiers de l'aide au concept animation. A l’avenir, le dossier, composé d'une partie scénario et d'une partie graphique, pourra pencher d'un côté plus que de l'autre. A savoir, bien souvent, ne réclamer que 3 pages de concept graphique sur la quinzaine de pages maximum demandée. Cette aide sera d'ailleurs revalorisée pour monter à 10 000 euros afin de tenir compte du coût de la collaboration nécessaire entre auteurs scénaristes et auteurs graphiques.

Aide automatique 

En plus de ces aides sélectives, le CNC distribue aussi des aides automatiques. En ce qui concerne la fiction, le CNC valorise les dépenses en écriture réalisées par les producteurs via deux mesures :

  • un meilleur accompagnement aux producteurs qui font un développement prospectif, c'est-à-dire sans engagement d'une chaîne 
  • l'obligation pour les producteurs de dépenser 10 % par an du compte automatique dans des dépenses d’écriture dont le périmètre est restreint (option/cession de droits, direction d’écriture, etc.) pour favoriser les investissements auprès des auteurs dans cette phase.

Alice Delalande a souligné que des relances systématiques et des demandes de remboursement étaient effectuées auprès des producteurs ne respectant pas ces engagements. Ce que Pascal Rogard a vivement salué.   

Aucune bonification n'est prévue pour les oeuvres de création en fiction, aucune sur-représentation des adaptations n'ayant été constatée. Ce n'est pas le cas en animation où les licences dominent 60 % du marché. Le CNC valorise donc les producteurs qui développent des oeuvres originales dès l'aide au développement, laquelle permet de porter l’intensité de l’aide CNC à 50% du financement (contre 40% habituellement) et ne sera ensuite pas déduite lors de l'attribution de l'aide à la production. 

Nouvelles écritures, nouveaux formats

La direction de l'audiovisuel du CNC propose un Fonds Nouveaux Médias, dont les missions sont en train d'être recentrées en direction des écritures les plus innovantes type réalité virtuelle et transmedia.

En savoir plus

Les auteurs de séries de format court, de webséries et de "séries linéaires diffusées en délinéarisé" (diffusion sur les services de médias audiovisuels à la demande type Netflix ou Studio+, Blackpills...) sont invités à s'adresser plutôt au Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle pour la partie amont des aides.

Enfin, un nouveau dispositif à destination des auteurs émergents du web, type YouTubeurs, est à l'étude dans une autre direction du CNC, celle de la création, des territoires et des publics. Plus d'informations seront dévoilées dans le courant de l'année.

A l'écoute

Les deux dirigeantes ont conclu leur présentation en encourageant les auteurs à s'adresser à deux interlocutrices privilégiées au CNC : Gabrielle Adjerad (☎ 01 44 34 35 97 - ✉ gabrielle.adjerad@cnc.fr) pour l'audiovisuel et Anna Charrière (☎ 01 44 34 34 07 - ✉ anna.charriere@cnc.fr) pour les nouveaux medias.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous

À voir aussi