Présidentielle

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Présidentielles

Voir tous les tags

Sondage BVA pour Orange et la SACD : la politique culturelle et l'élection présidentielle

Selon un sondage réalisé en exclusivité par BVA pour Orange et la SACD, la culture est un sujet plus privilégié par les électeurs de gauche que par ceux de droite.

40 % des Français font confiance à François Hollande en matière culturelle, soit deux fois plus qu’à Nicolas Sarkozy (18 %). S’il n’est guère étonnant qu’un candidat socialiste recueille la confiance en matière de politique culturelle, il est intéressant d’observer que la gauche a encore gagné du terrain depuis la dernière élection où Ségolène Royal recueillait 30 %. La gauche convainc plus dans sa capacité à mener une politique culturelle « meilleure que celle de la droite » (43 % contre 29 % en 2007). Seulement 10 % des interrogés pensent qu’une politique culturelle de droite serait meilleure.

La culture reste un sujet cher à la gauche et bien défendu par ses sympathisants (75 % pensent que la gauche mènerait une meilleure politique culturelle). Ils se différencient en cela de l’électorat de droite moins « impliqué » puisque seulement 27 % de ses sympathisants s’engagent vraiment pour leur camp en pensant que la droite mènerait une meilleure politique. Pour Céline Bracq, directrice adjointe de BVA Opinion, l’hypothèse la plus probable est que les sympathisants de droite sont « moins sensibles à l’importance de la politique culturelle ».

La nécessité d’entretenir le patrimoine caracole en tête des priorités défendues par les Français gauche et droite confondues. Avec néanmoins un petit avantage pour les électeurs de droite pour qui ce thème est au final le seul prioritaire. Favoriser l’accès des citoyens à la culture est prioritaire pour 75 % des sympathisants de gauche contre seulement  42 % des sympathisants de droite ;  promouvoir la culture française à l’étranger est en revanche privilégié à droite. Développer les offres légales sur Internet apparaît dans le classement et sans distinction de camps, avec 22 %.

Dernier élément riche d’enseignement : 29 % des Français (gauche et droite confondues) considèrent que le recours à financements privés via des mécènes, des personnalités ou des grandes entreprises doit être renforcé. A l’opposé, ils croient moins au financement par l’Etat et encore moins à celui par des collectivités locales (-20 points entre 2007 et 2012). La taxation des FAI et opérateurs Internet entre  dans le classement en position intermédiaire avec 15 % des citations.

Lire l’intégralité des résultats du sondage (757 Ko)