Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : contrefaçon numérique

Voir tous les tags

Rendez-vous avec Martine Aubry

Les cinéastes répondent à Christian Paul

Les cinéastes reçus hier par Martine Aubry sont stupéfaits que Christian Paul, dont l'attitude, le ton et les amalgames dans le débat parlementaire les avaient particulièrement choqués, ait cru bon, sans les en prévenir, de faire un communiqué personnel dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

Christian Paul, qui a peu parlé lors de cette réunion, considère sans doute que les quelques propos qu'il a lui-même tenus ont engagé les autres participants.

La teneur de ces déclarations les contraint à répondre alors qu'ils avaient choisi de ne pas s'exprimer après cette réunion.

Les cinéastes se sont réjouis de l'écoute de Martine Aubry. Ils se sont réjouis qu'elle ait rappelé fermement qu'il ne peut pas y avoir de gratuité en matière de culture et qu'elle ait admis que les propositions actuelles de PS sur une contribution créative n’étaient pas adaptées à l’économie du cinéma. Ils ont pour leur part confirmé sans l'ombre d'une réticence qu'ils avaient soutenu et soutenaient la loi "Création et Internet" dont ils attendent qu'en faisant baisser notoirement le téléchargement illégal, elle permette enfin le développement des offres légales.

Contrairement à ce que Christian Paul affirme dans son communiqué, les cinéastes n'ont pas souhaité, en "évoquant la suite d'Hadopi, chercher un nouveau mode de financement de la création ou une nouvelle manière dont les droits d'auteur peuvent vivre dans le monde numérique". Au contraire, ils ont, pour leur part, répété qu'il fallait protéger le mode spécifique de financement du cinéma en s'attaquant au téléchargement illégal qui nie le droit moral des auteurs et qui sape le financement des œuvres futures. Pour eux, s’obséder sur la suite d'Hadopi sans travailler au préalable à sa mise en œuvre et en misant d’emblée sur son échec relève d’une démarche à laquelle ils ne peuvent s’associer.

Même si ces cinéastes  ont constaté que des désaccords profonds subsistent, ils avaient le sentiment d'avoir été entendus par Martine Aubry.

Or Christian Paul, dans une démarche dont ils espèrent qu'elle n'engage que lui, leur a abusivement attribué des positions qu'ils n'ont pas prises. Notamment, les cinéastes qui sont des hommes libres n'ont jamais parlé de "cercle de famille"  à propos de cette réunion, ni affirmé collectivement une position politique quelconque autre que leur défense de la loi et leur désir que le Parti Socialiste revienne à des valeurs qui avaient longtemps été les siennes. Les choix politiques regardent chacun de ceux qui étaient là, ils sont d'ailleurs divers, et ils sont consternés que Christian Paul ait pu dire publiquement qu'ils ont "affirmé qu'ils restaient des gens de gauche et qu'ils n'étaient pas en train de virer à droite".

Enfin, s'ils ont accepté, comme ils le demandent depuis des mois, que le dialogue reprenne, ils ne se sont en aucune manière engagés sur des Etats Généraux de la Culture dont pour l'instant ils ne savent rien.

Ils regrettent d'autant plus que Christian Paul ait ainsi voulu les instrumentaliser que cela contredit les ouvertures de dialogue positives que Martine Aubry leur avait faites lors de cette réunion et dont ils se félicitaient.