Festival  de  Cannes  2009

Rencontre à Cannes avec Michel Reilhac (Arte) - 21/05

En  images

Rencontre avec Michel Reilhac

Crédits : Julien Attard / SACD

Michel Reilhac a rappelé qu’ARTE a un régime spécial et n’est pas une chaîne française. En  conséquence, elle n’est pas soumise aux mêmes contraintes réglementaires que les autres acteurs du paysage audiovisuel français. ARTE dépend du droit européen et est par ailleurs la seule société qui ne vend pas de publicité. Sa politique est ainsi affranchie des contraintes des annonceurs « ce qui est un luxe mais peut également constituer une limite ».

La chaîne s’impose d’investir 3,2 % de son budget dans les coproductions et 2 à 2,5 % sur les coproductions internationales.
Tous les programmes sont diffusés à la fois pour le public français et allemand, ce qui en fait la seule chaîne biculturelle.

ARTE France Cinéma coproduit 20 longs métrages par an et 3 films documentaires. A  également été créée une SOFICA pour pouvoir investir en financement complémentaire sur 4 à 5 films par an.
La moitié des films sont français et l’autre moitié, des coproductions internationales. A noter qu’ARTE ne s’engage sur ces films qu’à la condition qu’il y ait un coproducteur français.
ARTE s’engage sur 5 à 6 premiers films, ce qui rend difficile de rester fidèle à certains auteurs.

Michel Reilhac a souhaité élargir le panel de films coproduits avec des films fédérateurs. La ligne éditoriale se veut d’une grande diversité, ouverte à des films qui aussi pointus soient-ils, ne devraient pas pour autant être exclus du marché.

Le budget moyen investit dans les films est de 350 000 euros, incluant le préachat et une part en coproduction. A noter qu’ARTE peut intervenir sur un montant supérieur par le biais du « Grand accord » sur 6 films par an. Cet accord permet à la fois à l’Allemagne et à la France d’investir à une hauteur globale de 600 000 à 700 000 euros par film.

La chaîne programme 360 films par an dont la moitié fournie par la France et l’autre moitié par l’Allemagne. 85 longs métrages sont achetés pour le prime time (case du lundi et du jeudi). La case de 2ème partie de soirée est le mercredi. En outre, une case « Trash » (3 ème partie de soirée) reviendra à partir de janvier.
Les prix des préachats varient selon les cases :
100 000 euros pour le prime time
80 000 euros pour la 2 ème partie de soirée
30 000 euros pour la 3 ème partie de soirée

Contrairement aux autres chaînes, ARTE n’exige pas pour s’engager sur un film, d’accord préalable d’un distributeur, d’un casting, voire de vendeurs …
3 éléments peuvent constituer les principaux critères de choix pour s’engager sur un film :

  • le scénario,
  • le visionnage des œuvres précédentes pour de jeunes auteurs (film d’école, …),
  • la rencontre avec le producteur, en présence des auteurs.

C’est avec Michel Reilhac que s’achève à Cannes au Pavillon des auteurs SACD-ARP, le cycle de rencontres avec les responsables cinéma des chaînes de télévision et les nouveaux diffuseurs.