Festival  de  Cannes  2009

Rencontre à Cannes avec Daniel Goudineau (France 3)

La SACD poursuit ses rencontres avec les grands partenaires du cinéma sur son stand à Cannes.

Reportage  Photos

Rencontre à Cannes avec Daniel Goudineau

Julien Attard / SACD

La SACD a reçu dimanche matin sur son stand à Cannes Daniel Goudineau, Directeur général de France 3 Cinéma.

Malgré la constitution de l’entreprise unique France Télévision, France 2 et France 3 conserveront chacune leur filiale cinéma.

La question de l’attribution des budgets des filiales cinéma des chaînes publiques se pose alors que France Télévision aura désormais un budget unique.  Daniel Goudineau a indiqué que les proportions de la répartition actuelle seraient maintenues, à savoir 30 millions d’Euros pour France 2 et 20 millions d’Euros pour France 3.

L’accord de France Télévision conclu en décembre 2007 avec la profession cinématographique va au-delà de ses obligations légales et en 2009, France 3 investira 3,4% de son chiffre d’affaire dans le préachat de films.

La politique de la filiale cinéma de France 3 est la diversité dans les choix.  Les genres retenus doivent être équilibrés.   

Sur 23 films produits annuellement, plus du tiers sont des premiers ou des deuxièmes films.

Les choix sont guidés par les critères suivants :

  • projets qui ont du sens social ou culturel, y compris les comédies
  • le scénario doit être accessible, compréhensible
  • le projet doit susciter de l’empathie avec au moins un des personnages
  • il doit faire réfléchir les spectateurs

Les films de genre (horreur, science fiction, films d’adolescents, etc.) ne sont a priori pas dans la politique éditoriale de la chaîne.

La fourchette moyenne d’investissement est d’un million d’Euros par film, avec un plancher à 250.000 euros et un plafond à 1,7 millions d’Euros.

France 3 coproduit 23 films par an sur 350 scénarios soumis.

Pour les 1ers et 2émes films, les scénarios sont lus même sans casting ou distributeur. Le financement ne sera néanmoins accordé qu’une fois le casting et le distributeur trouvés. Pour les autres films, il faut un casting et un distributeur dès la soumission du projet.

Les fondements de la décision finale reposent essentiellement sur la qualité du scénario et ensuite sur la confiance dans le couple réalisateur/producteur.