Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Financement

Voir tous les tags

Projet de loi sur la réforme territoriale

Les collectivités locales pourront investir dans la culture, mais avec quelles ressources ?

Alors que l’Assemblée Nationale vient d’adopter le projet de loi sur la réforme territoriale, la SACD se félicite du vote de l’amendement à l’article 35 présenté par Dominique Perben, rapporteur du projet, qui conforte le droit pour toutes les collectivités locales de pouvoir investir dans la culture et la création.

Cet amendement permet de confirmer les compétences partagées des communes, des conseils généraux et régionaux dans le champ de la culture et de préserver le principe des financements croisés qui sont à la base même du financement de la création, qu’il s’agisse du théâtre, du cinéma ou de l’audiovisuel.

Aujourd’hui, 2/3 du financement du spectacle vivant repose sur l’intervention des collectivités locales et les politiques de l’audiovisuel et du cinéma se sont très largement développées en région.

Alors que le projet de loi entendait spécialiser les compétences de chaque collectivité, le maintien de concours financiers publics multiples apportera une garantie sérieuse pour la pérennité de l’action des collectivités locales en faveur de la culture.

Cet amendement est également une réponse à la lettre ouverte initiée par la SACD signée par plus de 1700 auteurs et adressée au Président de la République pour l’alerter sur les risques d’une remise en cause du financement de la culture que portait en lui le projet de loi sur la réforme territoriale dans sa version initiale.

La SACD est naturellement sensible à l’écoute dont ont su faire preuve le Président de la République et le Parlement.

Toutefois, des motifs d’inquiétude demeurent : les tensions qui pèsent sur les finances publiques, celles de l’Etat comme celles des collectivités locales, peuvent faire craindre dans les prochaines années un recul du financement public de la culture qui serait préjudiciable à l’expression du dynamisme et de la diversité de la création.

Face à ces risques d’abaissement des financements publics, la SACD appelle au maintien d’une ambition et d’une exigence fortes pour la culture qui doivent exclure toute baisse arbitraire des crédits publics, tout désengagement massif et inciter, a contrario, à la recherche de ressources extra-budgétaires, en particulier pour le spectacle vivant.