Cinéma

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Cinéma , Financement , Production

Voir tous les tags

Pétition du Club des 13 : ne signez pas !

Ce matin, quelques représentants du Club des 13 ont signé dans Libération une tribune totalement inacceptable. Si certains l’ont signée en toute mauvaise foi et avec cynisme, d’autres, notamment des auteurs, ont manifestement été trompés, et en tous cas instrumentalisés.

Certes, nous pouvons considérer comme salutaire la réflexion engagée par le Club des 13 sur le financement du cinéma, le soutien à la diversité et la centralité du couple auteur-producteur. En revanche nous ne pouvons accepter la volonté exprimée dans cette tribune de méconnaître le lien qui doit exister entre un soutien accru à la production indépendante et l’exigence de transparence dans les relations entre auteurs et producteurs.

A la suite de la remise des conclusions du Club des 13, une concertation a été engagée au sein du CNC ; une concertation portant à la fois sur l’opportunité et la faisabilité des mesures préconisées par le Club des 13 mais aussi sur les moyens de renforcer la transparence des relations entre auteurs et producteurs. Nous connaissons tous de nombreux auteurs qui n’ont jamais obtenu de leurs producteurs des redditions de compte ou alors des redditions incomplètes ou imparfaites.
Pour lutter contre cette opacité aussi intolérable qu’indiscutable, la SACD et les autres organisations d’auteurs (ARP, SRF, SCAM, SCELF, UGS) ont abouti à un accord avec l’API (Gaumont, Pathé, Mk2, UGC) qui permettra de rétablir la confiance entre auteurs et producteurs grâce à la détermination de règles pertinentes quant aux redditions et à des définitions du coût du film et de son amortissement acceptées par tous.

A contrario, les producteurs qui ont signé cette tribune ce matin dans Libération appartiennent quasiment tous à des syndicats et à des organisations qui n’ont accepté aucun engagement en faveur de la transparence.
Pour faire bonne figure ont-ils tout juste négocié à la va-vite un pseudo accord qui n’est au mieux qu’une déclaration de bonnes intentions ni contraignantes, ni obligatoires. De plus, cette déclaration n’a été signée par aucune des organisations représentatives d’auteurs mais uniquement par le syndicat des agents, qui a fortiori ne représente qu’eux-mêmes.

Cette tribune n’est finalement que la revendication d’un blanc-seing en faveur de producteurs qui ne sont prêts à consentir aucun effort pour rendre des comptes enfin transparents aux auteurs.
Il est pour le moins paradoxal de prétendre vouloir renforcer la relation auteur-producteur en refusant tout engagement de transparence à l’égard des auteurs et en s’abritant derrière eux pour réclamer des mesures de soutien financier.

C’est une attitude extrêmement dommageable qui doit nous inciter au contraire à réclamer avec force que la réforme du soutien aux producteurs indépendants prenne place dans le cadre d’engagements significatifs en faveur de la transparence des relations entre auteurs et producteurs.

Ce sera dans cette direction que la SACD continuera à porter tous ses efforts.

Laurent Heynemann
Président de la SACD