Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Audiovisuel public , France Télévisions

Voir tous les tags

Nomination du Président de France Télévisions

La SACD souhaite une présentation précise du projet du nouveau Président et demande des engagements clairs en faveur de la création

La SACD a pris acte et félicite Rémy Pflimlin pour sa nomination, par le Président de la République, au poste de Président de France Télévisions pour les 5 années à venir.

Alors que Rémy Pflimlin doit encore obtenir l’accord du CSA ainsi que des Commissions des affaires culturelles de l’Assemblée nationale et du Sénat pour valider définitivement son accession à la Présidence de France Télévisions, la SACD attend de ces auditions qu’elles permettent de connaître les contours, les détails et les lignes directrices du projet porté par le nouveau Président.

En partenaires loyaux et fidèles à l’exigence culturelle inhérente au service public,  la SACD soumet 4 axes de développement du service public :

  • conforter l’identité spécifique du service public en assumant une politique culturelle diversifiée, audacieuse, en définissant l’ADN de chaque chaîne et en confirmant son soutien à la création audiovisuelle, cinématographique et au spectacle vivant ;
  • promouvoir une relation de confiance entre France Télévisions et les créateurs : à l’instar des maisons d’édition, les antennes de France Télévisions doivent nouer des relations renouvelées avec ceux qui créent les films et les œuvres qu’elles diffuseront et favoriser l’émergence de pôles de décisions décentralisés et responsabilisés.

La rationalisation économique et la constitution d’une entreprise unique peuvent être une source importante d’économies et de rapports de force plus favorables, là où il existait auparavant 49 sociétés. C’est notamment le cas pour les négociations engagées avec les grands studios américains, dans le cadre d’achats de catalogues ou à l’occasion de l’acquisition de droits sportifs face à des fédérations ou des structures monopolistiques.

En revanche, il est absurde d’appliquer la même organisation à l’activité de création qui, pour rester diverse et plurielle, doit pouvoir trouver des responsables multiples et autonomes. De la même manière, pour conforter l’identité des chaînes du groupe, France Télévisions doit mettre en œuvre une organisation décentralisée.

  • Soutenir l’innovation, les nouvelles écritures et les nouveaux formats : le service public est naturellement l'espace de l'exposition du patrimoine mais il doit être également porteur d’un regard sur la société contemporaine et moteur dans l’émergence de nouveaux talents et dans la découverte de propositions artistiques originales.
  • prendre définitivement le virage du « média global » car le développement du service public et la promotion renforcée des œuvres ne peuvent passer que par une maîtrise amplifiée de tous les modes d’exposition et de diffusion des œuvres (TV, web, télévision mobile..)

La SACD considère que la légitimité de l’audiovisuel public ne serait pas aussi forte s’il n’était pas un vecteur essentiel de la diffusion d’œuvres audiovisuelles ou cinématographiques françaises et européennes et s’il n’appuyait pas de manière aussi motivée la création et les créateurs.

Elle encourage donc le futur Président de France Télévisions à prendre des engagements forts et concrets pour témoigner du soutien qu’il compte accorder à la création et pour redonner à chaque chaîne une identité et une responsabilité propres.

Elle encourage naturellement l’Etat à se comporter comme un stratège et à respecter les engagements pris en faveur du financement du service public. A cet égard, elle regrette que le groupe de travail qui devait être lancé par le Gouvernement pour réfléchir à la modernisation de la redevance n’ait pu voir le jour alors même que la redevance reste la ressource naturelle de l’audiovisuel public. Pour sa part, elle considère qu’une réflexion mérite d’être menée pour envisager la mise à contribution des résidences secondaires, qui sont désormais exonérés de toute taxe audiovisuelle, et expertiser l’extension de la redevance à tous les récepteurs de téléviseurs , y compris aux ordinateurs.

Elle confirme par ailleurs son opposition ferme à la suppression de la publicité en journée. A la différence de la suppression de la publicité en soirée, qui a permis à France Télévisions de se dégager d’une contrainte publicitaire uniformisatrice, la suppression de la publicité en journée n’aurait aucun impact positif sur les téléspectateurs et sur les créateurs et elle risquerait de laisser financièrement exsangue le service public face à l’incapacité de l’Etat, en ces temps de rigueur, à dégager de nouvelles ressources budgétaires pour le financer.

Enfin, la SACD tient à féliciter et à remercier Patrick de Carolis et ses équipes qui ont su prendre le virage éditorial promis lors de sa désignation par le CSA en 2005 à la tête de France Télévisions et conforter le rôle central que joue le service public dans le financement de la création audiovisuelle et cinématographique et dans l’exposition des œuvres françaises.