Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Cinéma

Voir tous les tags

Mise en liquidation judiciaire de LTC

Des solutions urgentes pour la sauvegarde de la filière numérique et la préservation des films.

Alors que le scénario de la liquidation judiciaire de la société LTC se confirme, la SACD exprime sa solidarité avec les 115 salariés de cette entreprise et tient à ce que des solutions soient rapidement trouvées pour accompagner la filière technique dans la mutation numérique.

Dans ce cadre, la SACD rappelle la nécessité de pouvoir assurer aux œuvres en cours de post-production au sein de LTC la garantie d’être achevées dans des conditions satisfaisantes. Elle demande également aux pouvoirs publics d’envisager l’ensemble des mesures qui pourraient être prises pour garantir la conservation des films actuellement entreposés dans la société LTC.

À l’heure de la numérisation du patrimoine cinématographique français, la SACD jugerait intolérable de laisser à l’abandon des œuvres et des films qui contribuent tous à l’expression de la diversité culturelle. Elle participera donc à l’initiative positive prise par le CNC de réunir le 22 décembre prochain l’ensemble des parties intéressées, et en particulier les ayants-droit, afin de déterminer « les réponses adaptées et concertées » face à la mise en liquidation judiciaire de LTC.

Pour sa part, la SACD pourra jouer pleinement son rôle d’interface entre LTC, le CNC et les auteurs qui veulent s’assurer du transfert effectif de leurs films afin de garantir leur bonne conservation.

À tout le moins, cette liquidation judiciaire met en lumière la nécessité d’une mise en œuvre rapide de l’accord-cadre du 15 mai 2011 sur le financement de la numérisation des œuvres cinématographiques. La SACD l’avait signé à Cannes avec les grands détenteurs de catalogues, l’Etat, le CNC, la Cinémathèque Française et le fonds du Grand emprunt. Doté de près de 100 millions d’€, ce financement doit soutenir la restauration et la numérisation de près de 2500 films de long métrage grâce à l’utilisation des fonds du Grand Emprunt.

La SACD espère donc que les fonds du Grand emprunt  pourront être rapidement engagés afin d’assurer la préservation de notre patrimoine cinématographique et de valoriser le savoir-faire de nos industries techniques.