Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Libéralisation des jeux en ligne : la SACD propose une nouvelle ressource financière pour le spectacle

La SACD a pris note de l’adoption par le Sénat du projet de loi relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne.

Elle regrette toutefois que l’occasion n’ait pas été saisie de faire émerger de nouvelles ressources financières pour le spectacle vivant. Alors que le projet de loi a prévu la mise en place de taxes pour financer la filière équine, le développement du sport et même le patrimoine,  le spectacle vivant ne bénéficiera pas des retombées d’un marché qui est estimé à pas moins d’un milliard en 2011.

 

Pourtant, la SACD rappelle que de nombreux pays européens aussi différents que l’Italie, la Grande-Bretagne, la Suisse, la Finlande, le Danemark, des villes comme Berlin ont su mobiliser les recettes de la Loterie Nationale et/ou des jeux pour assurer le financement, non seulement du patrimoine, mais également de la culture et de la création.

 

Elle s’étonne donc que la France, qui a toujours eu un rôle d’éclaireur pour la défense et la promotion de la création et de la culture, ne reprenne pas les bonnes expériences de ses partenaires européens quand celles-ci peuvent permettre un financement plus sûr, plus dynamique et plus ambitieux pour le spectacle vivant qui n’a jamais pu trouver d’autres financeurs que l’Etat ou les collectivités locales

 

A la suite des Entretiens de Valois qui aujourd’hui n’ont pas abouti à une réforme en profondeur du spectacle vivant, pas plus qu’ils n’ont permis de diversifier ses sources de financement, la SACD insiste sur l’opportunité que constitue ce texte de loi pour dégager de nouvelles sources de financement pour le spectacle vivant.

 

La SACD appelle par conséquent les députés qui seront rapidement saisis de ce projet de loi à enrichir le champ de la taxation des jeux en ligne et à envisager de les faire contribuer, à l’instar d’autres pays européens, à un meilleur financement du spectacle vivant qui constitue un secteur essentiel de l’aménagement culturel de la France, de sa créativité artistique et de l’emploi culturel.