Audiovisuel

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Aurélie Filippetti , Fiction , FIPA , Télévision

Voir tous les tags

Les annonces d'Aurélie Filippetti au FIPA concernant la fiction

Récapitulatif des principales annonces faites par la ministre de la Culture et de la Communication le 24 janvier à l'occasion du débat SACD-Scam "Création et internet : quelle régulation ? quels financements?".

Dans son discours, Aurélie Filippetti a défendu l'idée que « la création audiovisuelle doit être mieux accompagnée, notamment dans ses phases "amont" d'écriture et de développement », position largement partagée par la SACD qui s'est réjouie de ces annonces. La ministre a aussi plaidé pour une meilleure exposition et une meilleure circulation des œuvres. 

Les mesures annoncées par la ministre :

 

  • la revalorisation de 50 % du montant forfaitaire de l'aide au concept du fonds d'innovation du CNC
  • l'examen d'une proposition qui amènerait les producteurs à consacrer une proportion minimale de leur compte de soutien au travail d'écriture via une concertation de deux mois entre auteurs et producteurs, avec l'appui du CNC (la SACD y participera)
  •  l'établissement à 70 % du niveau de financement déclenchant la possibilité d'une coproduction des œuvres indépendantes pour les diffuseurs, « afin d'encourager les diffuseurs à contribuer à un niveau élevé au financement de la fiction »
  • la possibilité pour le diffuseur et le producteur de détenir des mandats de commercialisation, avec une attribution prioritaire au producteur lorsque celui-ci dispose d'une capacité avérée de distribution ou d'un accord cadre avec un distributeur indépendant
  • le principe est posé d'une mutualisation des obligations de production au niveau des groupes de chaînes, dans des conditions qui favorisent la circulation des œuvres au sein de chacun de ces groupes
  • le maintien du niveau élevé de production indépendante prévu pour les obligations des chaînes et le réexamen de la situation de France Télévisions, puisque « la part indépendante s'y situe à 95% et que la part dépendante pourrait utilement passer de 5 à 10% »

Lire le discours d'Aurélie Filippetti du 24 janvier