Disparition

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Disparition , Hommage , Théâtre

Voir tous les tags

Le rideau tombe sur Marcel Mithois

Hommage de Claude Brulé à Marcel Mithois disparu le 20 juillet dernier.

Silencieusement, le rideau de « Madame Croque-Monsieur » se lève sur un décor de salon bourgeois. La pièce est vide. Soudain, coup de feu. Quelques secondes plus tard, Jacqueline Maillan jaillit des coulisses et s’écrie - Encore veuve ! Foudroyant début, devenu quasi légendaire.  

Vendredi dernier, dans son sommeil, Marcel Mithois est parti vers le paradis des auteurs de grande qualité. Du beau monde, qu’il méritait. Compagnon d’une courtoisie exquise, comme on n’en voit plus ou si peu aujourd’hui. A la scène de ses succès et à la ville, ses mots ont fait les délices d’un Tout-Paris amoureux du brio. Il a aussi élevé une jolie troupe de six enfants et participé notoirement aux travaux de notre Conseil.

Un souvenir : sa chronique « Paul et Virginie » était si prisée que le patron de la publication, redoutant tellement que Mithois le quittât, préparait dans les poches de son éternel pardessus beige, avant chacun de leurs rendez-vous, de grosses liasses de gros billets pour le persuader de rester. Il oubliait qu’il avait affaire à un seigneur.

Marcel était mon ami, je suis fier d’être l’un de ceux auxquels il a pensé pour un signal de fidélité. Et je souhaite que l'utopie de Sacha Guitry un jour se réalise : que les auteurs dramatiques soient salués comme tels dès leur naissance. Imaginons : - Oh, Mme Poquelin, le charmant bébé que vous nous avez fait ! Et quel talent ! On peut dire que vous avez de la chance ! – Oui et non. – Quelque chose vous tracasse ? - Il va changer de nom.

Merci, cher Marcel, pour toutes les joies que m’avez offertes. Au revoir,

Claude Brulé