Cinéma

Le Prix Henri-Jeanson 2012 décerné à Jean-François Halin

Le scénariste des OSS 117 a reçu son prix dans les salons de la SACD le 25 février 2013.

Récompensé du Prix Henri-Jeanson pour l'ensemble d'une carrière sous le signe de l'insolence et de l'humour, Jean-François Halin a eu la surprise de s'entendre apostrophé après le discours de Jacques Fansten, le président de la SACD, par la marionnette de Jacques Chirac qu’il connaît bien pour avoir alimenté son discours pendant des années. Deux marionnettistes étaient présents pour lui donner vie pendant qu'était diffusé un message enregistré avec la voix de l'ancien président de la République par l'imitateur Yves Lecoq. Une surprise de taille.

Reportage  Photos

Crédits LN Photographers / SACD

Jean-François Halin,  un regard  insolent et sensible

Né en 1961 au Mans, le scénariste et dialoguiste, Jean-François Halin se lance dans l’animation radio sur l’antenne de France Loire Océan après des études de commerce à Nantes. Il poursuit son travail sur les ondes d’Europe 1 en animant une émission de nuit La peau qui pèle. Il rencontre ensuite Bruno Gaccio avec lequel il collabore à l’écriture du premier one man show de Patrick Timsit dans les années 80. Il y développe son écriture, subtil mélange de piques acerbes et de générosité dont le ton faussement méchant cache une vraie tendresse.

Il débute en 1990 à la télévision en tant qu’auteur des Guignols de l’info aux côtés de Benoît Delépine et Bruno Gaccio. Sur Canal +, il participe également à l’émission Groland dans laquelle il fait quelques apparitions remarquées.

Après avoir collaboré avec Patrick Timsit à l’écriture de ses spectacles, il devient scénariste pour le cinéma en 1997 avec Paparazzi d’Alain Berbérian, puis Quasimodo del Paris réalisé par Patrick Timsit en 1999. En 2002, il coécrit avec Isabelle Dorval Rires et Châtiment. Il écrit en 2006 le scénario d’OSS 117, le Caire nid d’espions pour lequel il est nommé aux César dans la catégorie « Meilleure adaptation ». Suivra en 2009, OSS 117, Rio ne répond plus qu’il coécrit avec Michel Hazanavicius. Ces deux gros succès public font découvrir à travers l’univers d’Hubert Bonisseur de La Bath, un auteur dont les dialogues irrévérencieux, caustiques et réjouissants nous rappellent ceux percutants d’un Henri Jeanson.

Henri Jeanson (1900-1970) est l’un des plus célèbres dialoguistes du cinéma français. Journaliste, critique, pamphlétaire, scénariste, dialoguiste, auteur de théâtre, pacifiste et anarchiste, il se bâtit dès les années 20 une réputation de polémiste insolent et subversif. Il est l’auteur des dialogues de 80 films dont Pépé le Moko, Entrée des artistes, Fanfan la Tulipe, La Vache et le prisonnier, et bien sûr Hôtel du Nord. Ce Prix a été initié par Claude Marcy, son épouse.

Les précédents Lauréats du Prix Henri-Jeanson :

Pierre Schoeller (2011), Benoît Delépine et Gustave Kervern (2010), Radu Mihaileanu (2009), Cédric Klapisch (2008), Marjane Satrapi (2007), Rachid Bouchareb (2006), Francis Veber (2005), Jean-Loup Dabadie (2004), Denys Arcand (2003), Michel Blanc (2002), Bertrand Blier (2001), Dominik Moll et Gilles Marchand (2000), Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri (1999), Pascal Bonitzer (1998), Robert Guédiguian et Jean-Louis Milési (1997).