Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Cartes illimitées

Voir tous les tags

L’ARP et la SACD se félicitent du recul du groupe UGC sur les cartes d'accès illimité au cinéma.

L’ARP et la SACD accueillent avec satisfaction le recul du groupe UGC et la suspension de son projet de réduire, de manière unilatérale et sans concertation aucune, la rémunération accordée aux distributeurs, producteurs et auteurs dans le cadre de l’exploitation des cartes d’accès illimité au cinéma.

L’ARP et la SACD accueillent avec satisfaction le recul du groupe UGC et la suspension de son projet de réduire, de manière unilatérale et sans concertation aucune, la rémunération accordée aux distributeurs, producteurs et auteurs dans le cadre de l’exploitation des cartes d’accès illimité au cinéma.

Ce recul fait suite à l’intervention du Ministère de la Culture et de la Communication, du CNC mais aussi à l’émotion que l’annonce de la décision d’UGC avait suscitée chez un certain nombre de parlementaires.

Satisfaites que les arguments qu’elles avaient soulevés aient été entendus, l’ARP et la SACD souhaitent toutefois que le gel de ce projet permette d’aboutir à une réglementation renforcée et plus stricte des cartes d’accès illimité de manière à éviter à l’avenir qu’un acteur dominant de l’exploitation puisse imposer sa loi et ses conditions dans un contexte économique souvent fragile et de pénaliser des créateurs, qui sont au cœur de la diversité culturelle.

Dans cette perspective, elles appellent notamment les pouvoirs publics à organiser les conditions d’une réelle transparence du système de cartes d’accès illimité.

L’ARP et la SACD considèrent en effet que l’opacité de la gestion des cartes d’accès illimité et la possibilité laissée aux grands exploitants de réaliser de tels coups de force, violant l’esprit de la loi, constituent des exceptions anormales et injustifiées de nature à  nuire à la vitalité et à la diversité du cinéma français.

Il est enfin plaisant de constater qu’UGC qui a renforcé jusqu’à ce jour sa position dominante dans le secteur de l’exploitation demande désormais que les pouvoirs publics et la profession s’interrogent sur le jeu de la concurrence déloyale entre les différentes salles de cinéma.

Les  dossiers  de  la  SACD