Festival  d'Avignon  2014

Il se trouve que les oreilles n’ont pas de paupières (prélude)

une commande à Benjamin Dupé, Pierre Baux et Garth Knox

Conception, musique et mise en scène : Benjamin Dupé
Interprétation et collaboration à la mise en scène : Pierre Baux
Interprétation et collaboration à la musique : Garth Knox
Texte d’après le livre La Haine de la musique de Pascal Quignard aux éditions Calmann-Lévy (1996)
Collaboration à la scénographie : Olivier Thomas ; Collaboration informatique musicale IRCAM : Manuel Poletti

Reportage  Photos

Crédits LN Photographers

« Interprétée par un musicien et un comédien, Il se trouve que les oreilles n’ont pas de paupières est une polyphonie qui tisse la langue de Pascal Quignard aux notes d’une composition musicale originale. Confrontant le concert à une réflexion sur la musique, le spectacle joue de l’oscillation entre entendre et comprendre. Loin d’être conceptuel, ce processus de “bouclage” entre une matière artistique et une pensée qui la prend comme objet d’étude se révèle être une mécanique ludique. Un générateur d’interférences, de réactivité, de distance, d’humour, de vertige, d’enthousiasme, de puissance démultipliée… À la profondeur du texte, érudit et sensible, répond l’architecture de la musique. À sa forme étonnante, entre méditation, conférence, discours politique, conte et confession, répondent la virtuosité et la capacité du son à se transformer en un instant. À l’hypothèse d’un désamour, qu’évoque le titre La Haine de la musique, répond le seul acte possible pour un compositeur : faire sonner, faire entendre - toucher au plus intime. Car Il se trouve que les oreilles n’ont pas de paupières, écrit l’auteur… »

Benjamin Dupé

Extrait vidéo :