Disparition

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Disparition

Voir tous les tags

Hommage à Vaclav Havel

Jean-Paul Alègre, président de la commission Théâtre de la SACD, salue « l’un des plus grands auteurs dramatiques de notre temps ».

La disparition de Vaclav Havel suscite évidemment une intense émotion à l'échelle de la planète, tant il était un symbole de la résistance aux oppressions, qu'elles soient physiques ou morales et intellectuelles...
Dissident célèbre, prisonnier emblématique, figure de proue de la Charte 77 puis de la révolution de velours, président de la République tchèque et slovaque, puis de la République tchèque, après la partition qu'il avait su habilement mener, l'œuvre immense de cet humaniste politique est partout reconnue, admirée et abondamment commentée.
Il appartient à la SACD de rappeler que Vaclav Havel fut un immense auteur dramatique, joué dans le monde entier, reconnu par ses pairs comme un maître. Samuel Beckett lui dédia sa pièce Catastrophe.
Les pièces de Havel ont largement été jouées en France (La Fête en plein-air, Audience, Vernissage, Pétition, Largo desolato, La Grande Roue, Le rapport dont vous êtes l'objet... ) et il avait une grande reconnaissance pour les artistes de notre pays, qui, très tôt, avaient défendu ses textes.
Le théâtre de Havel, absurde et kafkaïen, était cependant toujours éclairé par l'humour. Un humour certes souvent désespéré mais que l'on retrouvait dans l'œil malicieux de l'homme, qui, marqué par ses dures années de prison, puis, comme il le disait, par l'autre forme d'emprisonnement que représentaient ses énormes responsabilités, ne manquait jamais de garder une distance un peu ironique sur l'agitation des hommes.
On retrouve tout cela dans ses textes, implacablement composés, et l'on y côtoie constamment une formidable curiosité pour les autres.
La SACD, dont Vaclav Havel faisait partie, salue avec émotion l’un des plus grands auteurs dramatiques de notre temps.

Jean-Paul Alègre, président de la commission Théâtre de la SACD

 

Crédit photo : Martin Kozák