Disparition

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Disparition , Hommage , Théâtre

Voir tous les tags

Hommage à Slawomir Mrozek

Le metteur en scène Georges Werler salue la mémoire du dramaturge, disparu le 15 août dernier.

Mrozek est parti, doucement, sans déranger, discrètement comme il a toujours vécu, avec modestie mais en laissant une œuvre magnifique, satire violente de notre temps et  de ses contradictions.

Il est aujourd’hui représenté dans le monde entier et certaines pièces comme Tango ou Les Emigrés ont rencontré d’immenses succès. Nous étions amis depuis notre première rencontre en 1986 au temps où il vivait à Paris, avenue « Franco-Russe » ce qui l’amusait beaucoup lui qui avait fui le bloc soviétique !

Nous avons fait 4 spectacles* ensemble et c’était un bonheur de l’écouter et de l’interroger. C’était un homme d’une délicatesse extrême. J’aimais travailler avec lui. Il avait l’art de valoriser celui qui l’écoutait et le metteur en scène se sentait plus intelligent.

Il est venu assister à quelques répétitions à ma demande. Jamais il ne s’est adressé directement aux comédiens pensant que c’était à moi de transmettre ce que je trouvais judicieux de leur communiquer.

Quasiment muet en public il était d’une drôlerie irrésistible dans la vie privée. Son humour était fracassant. Ses colères étaient froides et je l’ai vu à Cracovie sortir d’une projection de Le Pic du Bossu en cours de séance tant la conception du film lui déplaisait. Avec lui le dialogue était franc, direct. Il pouvait être enfantin et espiègle. Slawomir va me manquer, avec son merveilleux sourire aujourd’hui noyé de brume. J’aimais cet homme.

Georges Werler

*Le  Résident (Alpha), Tango, Les Emigrés, Les Révérends