Disparition

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Disparition , Hommage

Voir tous les tags

Hommage à Raymond Chirat

Bertrand Tavernier rend hommage à l'historien du cinéma et scénariste, disparu le 26 août dernier.

Raymond Chirat est mort. Et avec lui disparaît un puits de science, de culture, d’érudition bienveillante, de passion pour le cinéma, français en particulier. On lui doit  la monumentale Histoire du cinéma français - Encyclopédie des films, avec Maurice Bessy et André Bernard qui recense en 7 volumes (Éditions Pygmalion) tous les films français tournés entre 1929 et 1970, le Catalogue des films français de long métrage, films de fiction 1919-1929 (Cinémathèque de Toulouse).
Je l’ai connu dans les années 60 durant le CICI où l’on projetait des dizaines de films populaires français oubliés, toutes les œuvres de 1939 par exemple, et ce fut le début d’un immense amitié qui s’est prolongée à l’Institut Lumière dont il était un des piliers. La Bibliothèque porte son nom.

Il faudrait inventer des mots spéciaux pour Raymond parce que cinéphile c’est trop étroit, historien trop sévère. Érudit a un côté rat de bibliothèque austère et il suffisait de le voir à table, l’entendre évoquer avec jubilation Un Revenant de Christian-Jaque et Henri Jeanson (« Tu es revenu semer le trouble dans cette famille de cloportes », dit Marguerite Moreno à Jouvet) pour constater que cela ne collait pas. Gourmet convient mieux, gourmet passionné, amoureux. Faisant ressurgir une époque à travers une comédie de Capra ou Le Mariage de Chiffon, spectateur toujours passionné, jamais blasé, qui donnait des leçons de jeunesse et de bienveillance : « Tout plaisir est un plaisir d’amour » disait Jean Rostand. En fait il fut une source de plaisirs d’amour.

Il adorait les acteurs et notamment ceux qu’on dit de second plan et qui volaient souvent la vedette aux stars. Et écrivit avec Olivier Barrot : Les excentriques du Cinéma français (Editions Veyrier), portraits réjouissants des Carette, Alerme Aimos et autres figures pittoresques ; en 1994, Gueules d'atmosphère, les acteurs du cinéma français 1929-1959 ( Gallimard) ; Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960 (Flammarion). Passionné aussi par le théâtre, on lui doit l'ouvrage Le Théâtre de Boulevard (Gallimard), un Salut à Louis Jouvet  (Éditions du Rocher), La Vie de Marguerite Moreno (Éditions du Rocher) et en 2007, Sacha Guitry, l’homme orchestre (Gallimard).

Il fut le scénariste d’une jolie série TV d’après Anatole France, Histoire contemporaine, dirigée par Michel Boisrond avec Claude Piéplu dans le rôle de Monsieur Bergeret.

Bertrand Tavernier