Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : CNC , Financement

Voir tous les tags

Financement du cinéma : la SACD craint des coupes sombres exorbitantes

La SACD s’inquiète des perspectives budgétaires dévoilées pour la Culture et la Communication et en particulier du prélèvement de 150 millions d’€ qui serait effectué sur les crédits du CNC.

Dans un contexte de crise, la SACD comprend que les politiques en faveur de la création et de la diversité culturelle ne peuvent s’exonérer d’une contribution à l’effort national de redressement des comptes.

Encore faut-il toutefois que l’effort demandé soit juste et proportionné afin de ne pas remettre en cause la pérennité des actions engagées, notamment pour réussir la transition numérique. À court terme, cela pourrait également avoir de graves conséquences sur l’emploi dans l’audiovisuel et le cinéma.

De la même manière, il serait paradoxal que le démarrage de la mission confiée à Pierre Lescure pour dessiner l’acte 2 de l’exception culturelle s’accompagne de décisions budgétaires qui hypothèquent d’emblée les capacités d’action en faveur du cinéma et de l’audiovisuel.

L’heure est à la responsabilité, à la solidarité nationale mais aussi au maintien d’une ambition culturelle élevée. La SACD attend donc des pouvoirs publics qu’ils revoient à la baisse la ponction exceptionnelle prévue sur les crédits du CNC – qui reposent des taxes affectées et ne grèvent pas le budget de l’État – pour garantir le dynamisme du système de financement du cinéma français. Pour y parvenir, la SACD demande également au Gouvernement de mettre un terme à l’écrêtement et au plafonnement des taxes abondant le CNC, votés l’an dernier dans la loi de finances pour 2012. Cette remise en cause de l’autonomie de financement du CNC était la première pierre d’une politique dangereuse pour le maintien de la spécificité, de l’originalité et de la force du soutien à l’audiovisuel et au cinéma.

La SACD espère que les pouvoirs publics ainsi que le Parlement sauront faire preuve de discernement dans la politique de rigueur budgétaire qui va s’engager pour ne pas affaiblir définitivement une politique culturelle pertinente, ambitieuse et indispensable au rayonnement de notre pays.