Audiovisuel

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Cannes , Cinéma , Festival cinéma , TF1

Voir tous les tags

Fiction : TF1 attentive à la qualité de l’écriture

TF1 investit entre 350 et 400 M€ dans la création audiovisuelle et cinématographique, rappelle Laurent Storch, président de TF1 Productions, invité de la SACD à Cannes.

Près de 45 millions d’€ viennent financer une vingtaine de films français avec un investissement moyen de 2 millions d’€ (20% du budget) et une ligne éditoriale spécifique. Chaîne populaire et familiale, TF1 cherche à investir sur des films qui ne soient pas segmentant, qui plaisent à un public féminin mais aussi à toute la famille a rappelé Laurent Storch, président de TF1 Productions devant les auteurs à Cannes.

De ce fait, la moitié des films coproduits par TF1 sont des comédies qui peuvent se rediffuser facilement, le reste étant constitué de thrillers et de quelques films d’auteurs. Tous ont pour particularité d’avoir pour ambition de réunir au moins 1 millions de spectateurs en salles et de pouvoir attirer un large public en prime-time. Même s’ils collaborent le plus souvent avec des grands studios de production (Gaumont, Pathé, Europa Corp…), TF1 ne ferme pas la porte à des associations avec de plus petits producteurs indépendants et laissent une place importante aux premiers films (environ 30% des projets retenus).

En cinéma, TF1 reçoit environ 500 projets par an qui sont tous lus par des lecteurs et sont soumis à un comité de lecture. Le travail des conseillers artistiques est justement d’opérer une première sélection des projets avant, lorsque le projet est retenu, d’accompagner le producteur dans le développement et la réalisation du projet.

Dans les choix qu’elle fait, TF1 est très attentive au sujet retenu ainsi qu’à la qualité de l’écriture. Pour Laurent Storch, il faut être conscient des attentes du public et en particulier de la jeune génération qui lui parait « Simpson-native ».  Le succès de cette série, qui au bout de sa 23ème saison parvient toujours à plaire au public, a aussi instillé des exigences très fortes des téléspectateurs en matière d’écriture et de narration.

L’écriture est devenue primordiale, tant en cinéma que dans la fiction télévisée qui a commencé sa mue voici quelques années. Désormais, les 52 minutes ont réussi à s’imposer et devront aussi cohabiter avec des formats plus courts et des 26 minutes en quotidien, prochains chantiers de TF1.

La fiction commence donc à retrouver son public ; la case cinéma du dimanche soir fonctionne également de manière satisfaisante.

Accéder aux comptes-rendus des autres rencontres et au programme de la SACD à Cannes

Reportage  Photos

Crédit : LN Photographers