Avignon  2015

Et quand le soleil était au zénith, une voix transperçait le ciel…

une commande à Katia Guedes et Pedro Kadivar

Conception, texte et mise en scène : Pedro Kadivar
Chant, composition sonore et musicale : Katia Guedes
Production : Cie Abolition des Frontières
Coproduction : SACD et le Festival d’Avignon

Reportage  Photos

Crédits LN Photographers

« À commencer par se dire qu'il y a la parole et le chant, qu'il y eut la naissance de l'un et de l'autre dans l'histoire de l'humanité, que l'homme archaïque ouvrit la bouche non par hasard, et qu'il chanta non par hasard, mais qu'il lui fallut parler pour exister et chanter pour respirer. Il lui fallut être capable de l'un et de l'autre pour être homme. Et se demander peut-être quel fut le premier paysage où l'homme dit le premier mot, le ciel face auquel il chanta pour la première fois, et peut-être se dire qu'en nous se perpétue parfois le sentiment de dire le premier mot dans un paysage vide et de chanter pour la première fois face à un ciel embrasé. 

Et se dire encore qu'il y eut l'enfance de l'homme, celle de tout homme, qu'il y a celle de vous et de moi, qu'il y eut l'irruption de la parole et le surgissement du chant à l'aube du monde. Et qu'à chaque fois qu'un homme parle, sa voix porte le mutisme originel et fait écho au cri de l'homme archaïque, et que le chant est à la fois l'impossibilité de dire et la célébration de la voix humaine. Et peut-être y a-t-il, en toute enfance, un moment où l'on est interloqué une première fois par la parole, par le chant, par le cri. » 

Pedro Kadivar

Extrait vidéo :