Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Entretiens de Valois , Théâtre

Voir tous les tags

Entretiens de Valois : propositions de la SACD

A quelques semaines de la fin de la seconde étape des Entretiens de Valois la SACD souhaite faire entendre ses propositions.

Au delà des inquiétudes légitimes sur les difficultés budgétaires et les risques de gel de subventions et à quelques semaines de la fin de la seconde étape des Entretiens de Valois qui réunissent représentants de l’Etat, des collectivités territoriales, des syndicats, des professionnels et des créateurs autour du spectacle vivant, la SACD souhaite faire entendre ses propositions.

Ces propositions s’articulent autour de 6 axes principaux qui réaffirment la nécessité de la présence des auteurs et permettent de renouveler la politique du spectacle vivant autour d’un soutien réaffirmé et renforcé à la création et aux auteurs :
 
Pour un Centre National du Spectacle vivant aux missions élargies
Le projet est d’instaurer un lieu de concertation et d’échanges, qui manque aujourd’hui dans le spectacle vivant, et qui aurait pour mission de contribuer à la régulation du secteur, de soutenir l’économie du théâtre et du spectacle vivant en travaillant à sa transparence, et enfin de promouvoir la création contemporaine et sa diffusion auprès de tous les publics.

La mise en œuvre d’agences régionalisées, les Conférences du spectacle vivant (en région), où se côtoieraient Etat et collectivités locales devrait, autant pour être efficace que légitime, s’assurer de la présence des professionnels, et en particulier des auteurs.

Créer un observatoire du spectacle vivant
Aujourd’hui, le Ministère, les auteurs et les directeurs de théâtre disposent tous de données, certaines étant complémentaires, d’autres étant parcellaires ou contradictoires. Pourtant produire des statistiques fiables et globales permettrait de conduire une évaluation indispensable de la politique du spectacle vivant et, le cas échéant, d’envisager les réformes et réorientations qui pourraient être nécessaires. C’est dans cette perspective que la SACD a appelé à la création d’un observatoire du spectacle vivant, sous une forme qui doit faire l’objet de discussions dans les Entretiens de Valois.

Une loi d’orientation pour le spectacle vivant
A la différence d’autres pans de la politique culturelle, le spectacle vivant n’est régulé par aucune loi. A l’occasion de la crise de l’intermittence, l’idée d’un projet de loi ayant vocation, d’une part, à rappeler les principes généraux et les objectifs visés par la politique du spectacle vivant, dans lequel le soutien à la création doit avoir une place prépondérante, et, d’autre part, à clarifier les missions et le rôle des pouvoirs publics, reste plus que jamais d’actualité.

Associer les créateurs à la direction et au développement des théâtres publics
Dans le cadre du partage de l’outil de diffusion, le renforcement de la place des auteurs dans les directions des théâtres publics et/ou l’association des auteurs à la vie de ces institutions devront être nécessairement envisagé.

La généralisation progressive des résidences d’artistes ou la collaboration temporaire d’un metteur en scène avec un écrivain de théâtre autour de projets solides et pérennes constitueraient, des formes suffisamment souples et adaptables aux contextes locaux. Au-delà, imposer la diversité des regards et des expériences à la tête des institutions ne  pourra être assuré qu’avec l’institution durable et pérenne d’un poste « auteur » dans chaque scène nationale, centre dramatique, centre chorégraphique, lieux de fabrique…

Cette implication nécessaire des auteurs à la direction et au développement des théâtres publics contribuerait également à resserrer et à retisser des liens, par trop distendus ou insuffisants, entre la création et la diffusion.

Mettre en place des mesures spécifiques de soutien à la création contemporaine
Pour permettre une large diffusion des œuvres contemporaines d’auteurs francophones, l’instauration de mesures de promotion plus strictes ne saurait être automatiquement écartée au nom de la liberté de création qui ne serait d’ailleurs aucunement menacée ou mise à mal.
Ainsi, la SACD propose de mettre en place des actions positives permettant aux institutions subventionnées d’obtenir des moyens supplémentaires à la condition de définir sur 3 ans un programme de développement basé sur des objectifs chiffrés prenant en compte des exigences fortes en matière de création d’œuvres d’aujourd’hui et/ou s’engageant à exposer les œuvres sur une plus longue période.

Réfléchir à des ressources extra-budgétaires :
Le dynamisme du financement du spectacle vivant pourrait provenir de ressources extra-budgétaires. Dans cette perspective, la SACD se félicite de la proposition ce jour d’Eric Woerth, Ministre du Budget, de créer une taxe sur les recettes des jeux de hasard et propose que, sur le modèle de la Grande-Bretagne, une partie de cette taxe puisse contribuer à apporter un financement ambitieux au spectacle vivant dont les ressources budgétaires risquent de se situer, les années qui viennent, en deça des attentes des professionnels.

Enfin, la SACD souhaite que les Entretiens de Valois restent le lieu du dialogue et de la réflexion autour du spectacle vivant et que les prochaines semaines puissent consacrer un modèle de définition de la politique du soutien au spectacle vivant qui associe très étroitement les auteurs afin de tenir des exigences de la création et de sa diversité.