Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Infos

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Disparition

Voir tous les tags

Disparition d’Anne-Marie Reynaud

La SACD salue une figure de la danse contemporaine

« On pourrait dire d'elle qu'elle a eu, tout au long de sa vie, une conviction débordante. Qui l'a rencontrée, a travaillé avec elle, reconnaîtra son appétit de faire de la danse un langage, une force sociale qui dépasse les frontières des peuples et des genres.
J'ai rencontré Anne-Marie Reynaud au festival de danse d'Aix en Provence à la fin des années 70, grâce à Wes Howard. Elle dirigeait le Four solaire avec Odile Azagury et menait tambour battant une danse qui se voulait l'équivalent d'un cabaret de théâtre.

J'ai rejoint la compagnie au début des années 80. Nous y faisions tout : les costumes, les danses, les tournées, les cours dans l'atelier de la rue Basfroid du 11ème Arrondissement de Paris. Collants et bonne humeur, questionnement sur le travail d'équipe, accueil d'une maison toujours ouverte. C'est elle qui m'a donné le sens de l'action politique, toujours prête à se battre, puisqu'il le fallait pour donner à la danse un espace bien à elle, une parole et des moyens spécifiques.

L'histoire a été injuste avec elle et j'espère qu'elle ne le restera pas. Les années 80 n'ont pas seulement vu l'émergence d'une pépinière de jeunes talents. Ces talents ont été soutenus, aidés par des personnes comme Anne-Marie Reynaud qui ont su voir au delà d'eux-mêmes, avoir une idée vaste du monde, une générosité sans faille, un sens de la belle aventure de la danse contemporaine. Merci. »

Daniel Larrieu, administrateur délégué à la Danse



Anne-Marie Reynaud s’est nourrie d’influences multiples. Sa rencontre déterminante avec Carolyn Carlson en 1974 l’incite à participer à cinq créations au sein du GRTOP (Groupe de recherche de l’Opéra de Paris). En 1976, elle fonde le «Four Solaire» avec Odile Azagury, lieu collectif pluridisciplinaire de recherches et de productions artistiques. Elle prend la direction en 1989 du Centre Chorégraphique National de Bourgogne. Elle rejoint ensuite l’équipe d’Île-de-France Opéra et Ballet où elle assure la programmation des Îles de Danses et des Presqu’Îles. En juillet 1998, elle est nommée directrice de l’Institut de pédagogie et de recherche chorégraphiques du Centre national de la danse.