Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : CSA

Voir tous les tags

Décision du CSA sur le placement de produit à la télévision : la réponse du CSA [maj]

une signalétique honteuse qui ne respecte pas le droit moral des auteurs

L’ARP, le Club des Auteurs, le Groupe 25 Images, la SACD, la SRF et l’UGS s'élèvent très fortement contre les conditions de l’encadrement du placement de produit dans les œuvres de fiction et cinématographiques telles qu'elles ont été fixées récemment par une délibération du CSA.

Si ils ne contestent pas l’obligation qui était faite au CSA d’appliquer les nouvelles dispositions ajoutées à la loi de 1986 concernant le placement de produit et notamment la nécessité d’informer clairement et de manière appropriée les téléspectateurs des programmes contenant du placement de produit, ils en critiquent vivement les modalités.

En prévoyant d’insérer, lors de la diffusion des films et des fictions, un pictogramme pendant une minute au début du programme, pendant une minute après chaque interruption publicitaire et, à la fin du programme, pendant toute la durée du générique, le CSA a choisi une mesure qui ne respecte ni les œuvres ni les téléspectateurs.

De plus, le pictogramme imposé par le CSA, aussi laid et encombrant que parfaitement incompréhensible, consterne ceux qui tentent par leur travail d'offrir aux téléspectateurs des œuvres de qualité. Son incrustation sur des écrans déjà surencombrés par des logos, des annonces ou des pictogrammes divers et variés au détriment de l'intégrité des œuvres, est intrusive et inefficace.

Au-delà de ce pictogramme, la présence, même à titre transitoire, d’un bandeau déroulant indiquant que « Ce programme comporte du placement de produit » vient encore ajouter à cette atteinte intolérable aux œuvres. Elle constitue d’autant plus une atteinte que ce bandeau ne sera même pas diffusé avant le début de chaque film mais incrusté sur les premières images.

L’ARP, le Club des Auteurs, le Groupe 25 Images, la SACD, la SRF et l’UGS ne peuvent pas comprendre que le CSA se soit ainsi affranchi du respect du droit moral des auteurs, qui doit rester une exigence forte dans le champ audiovisuel et qui est un impératif légal dont le rôle du CSA devrait plutôt être de le faire respecter.

Dans ce contexte, l’ARP, le Club des Auteurs, le Groupe 25 Images, la SACD, la SRF et l’UGS demandent au CSA de reprendre urgemment son travail et la concertation afin d’aboutir à un véritable équilibre entre l'information des téléspectateurs et le respect du droit moral des auteurs.