Hommage

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Disparition , Hommage

Voir tous les tags

Claude Pinoteau, un réalisateur à l’équilibre subtil

Hommage de Laurent Heynemann, président de la Commission cinéma de la SACD, à Claude Pinoteau, décédé le 5 octobre dernier.

Ceux qui auront l'occasion de revoir le magnifique Lola Montès de Max Ophüls pourront apercevoir, au détour d'une séquence, au pupitre d'un orchestre impérial, Claude Pinoteau.

L'assistant réalisateur était devenu le temps d'un plan un figurant. Mais l'étrange prémonition du cinéma l'avait immortalisé tel que nous l'avons connu plus tard : chef d'orchestre souriant, décidé et précis.

Comme si, le film et le grand Max Ophüls l'avaient saisi en cet instant précis dans sa vérité future.

Si vous lisez les journaux, vous savez tout de Pinoteau, et ce petit hommage que nous venons lui rendre vient après les nombreuses notes, notules et nécrologies aimables que la presse de ce début de semaine lui a consacrées.

Mais un mot encore… un mot en plus… sur ce qu'on appelle la direction d'acteur. J'ai toujours été épaté par la direction d'acteurs de Claude Pinoteau. Pourtant ce n'est pas sur cette qualité qu'il avait bâti sa réputation. La presse avait plutôt vanté sa précision, sa virtuosité, son savoir-faire.

Je suis persuadé que l'on peut "lire" la direction d'acteur… deviner ce qui se passe entre l'acteur et le réalisateur à l'occasion de la vision du film. Et ce n'est pas un hasard si Pinoteau a été un immense découvreur (Sophie Marceau, Isabelle Adjani, Géraldine Pailhas) et un des réalisateurs chouchous de Lino Ventura (Le silencieux, La gifle, L'homme en colère et La septième cible).

À la vision des films, on sent qu'il aimait les acteurs et que les acteurs l'aimaient. On perçoit la précision de ses indications et l'équilibre qu'il parvenait à trouver entre l'expression naturelle de l'acteur, ce que l'acteur apporte, propose, invente et le périmètre de sens que Pinoteau savait demander.

Cet homme que j'ai connu courtois et décidé me laisse penser que l'harmonie qu'impulsait le chef d'orchestre aperçu dans Lola Montès ressemblait fort au réalisateur au style à l'équilibre subtil que les actrices et les acteurs de ses films nous ont exposé. Revoyez donc les films de Pinoteau, regardez donc le jeu des acteurs et pensez à sa qualité de chef d'orchestre rigoureux et raffiné… en guise d'Adieu.

Laurent Heynemann

Les obsèques de Claude Pinoteau seront célébrées jeudi 11 octobre à 11 h en l’Eglise Saint-Pierre de Montmartre, à Paris dans le 18e arrondissement.