Cinéma

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Canal+ , Cannes , Festival cinéma

Voir tous les tags

Canal Plus investit toujours plus dans le cinéma

A Cannes sur le stand de la SACD, Manuel Alduy, directeur cinéma du Groupe Canal Plus, a présenté aux auteurs la politique d’investissement du groupe dans le cinéma français.

Fidèle des rencontres organisées par la SACD sur son stand à Cannes, Manuel Alduy, directeur cinéma du Groupe Canal Plus, était ce matin le premier à venir au désormais classique rendez-vous de 11h lors du festival. Les auteurs et réalisateurs étaient nombreux pour l'écouter faire le bilan de la présence du cinéma français sur les chaînes du groupe Canal Plus.

200 M€ par an pour préacheter 110 à 115 films français en 1ère et 2nde fenêtre payante

En première fenêtre, Canal Plus préachète 110 à 115 films français par an pour près de 170 M€, dont beaucoup sont aussi préachetés par Ciné Plus en seconde fenêtre avec un budget de l'ordre de 20 M€.

Ce montant a augmenté en six ans de près de 10% alors que le nombre de films préachetés est resté stable.

Sur ces 115 films annuels préachetés par Canal Plus, 40 à 50 n'ont pas de chaînes en clair dans leur financement : le préachat Canal Plus est essentiel pour eux.

Une moyenne d'investissement couvrant 20% du devis

Ces préachats couvrent en moyenne 20% des devis proposés. Cette part moyenne n'a pas vocation à augmenter mais elle suit l'inflation des devis de production puisqu'en moyenne cela équivaut aujourd'hui à 1,6 M€ par film à budget important contre 1,2 M€ il y a six ans.

Ce niveau d'investissement est une moyenne. Sur les films d'animation, cette part est généralement moindre en raison des spécificités de financement de ces oeuvres. En revanche, sur des films de genre ou sur des films à petits budgets, cette part peut être plus importante. En tout état de cause, Canal Plus n'a pas vocation à devenir majoritaire.

La diversité au coeur des engagements de Canal Plus

Encadrée par des accords, la diversité fait partie intégrante des options de Canal Plus et s'exprime par le biais de beaucoup d'indicateurs. Tout d'abord, au niveau des devis, Canal Plus préachète annuellement autour de 50 films dont le budget est inférieur à 4 M€, et une dizaine dont le budget excède 15 M€. 

Ensuite, au niveau des premiers longs métrages, Canal Plus en prend une trentaine par an, dont une dizaine présente des devis supérieurs à 10 M€ : c'est donc près du quart des préachats de Canal Plus qui va vers des premiers films, tous budgets confondus. 

Enfin, le film de genre continue à intéresser le groupe et Manuel Alduy a pu évoquer pour exemple les films d'horreur. Ces films français d'horreur font l'objet de 3 préachats par an mais depuis quelques années, il est devenu plus difficile à programmer ce genre de films, notamment en raison de l'appauvrissement relatif de l'offre des films internationaux (américains, espagnols ou asiatiques). Pour autant, films de genre et films d'animation continuent à intéresser Canal Plus même si ces films sont plus difficiles à programmer dans des cases hebdomadaires.

Côté films européens de langue étrangère, Canal Plus achète 80 films par an, dont 20 en préachats autour de 800 000 € par film. Mais là, le groupe privilégiera les films portés par des producteurs français.

450 projets pour 115 films

Pour arriver aux 115 films annuels, Canal Plus étudie 450 projets par an. Impérativement, ces projets leur sont apportés par des producteurs et non par des auteurs directement.

Il y a deux lectures internes et deux lectures externes. A l'issue de ce processus, le choix est discuté et validé, la décision, notifiée au producteur. Le préachat n'est qualifié comme tel que lorsque l'achat est survenu avant le 1er jour de tournage.

La sélection s’opère selon douze paramètres importants. Ils vont bien sûr du scénario et de son sujet, au casting, en passant par le nom du réalisateur. Mais sont aussi analysés l'adéquation du devis et du sujet, la répartition du devis, le financement et sa structure, et même le plan de distribution en salles. Il n'y a pas de filtre éditorial à proprement parler car le but est de séduire tous les publics abonnés.

Des segments de budget sont par essence plus compétitifs. Pour arriver aux 50 films budgétisés à moins de 4 M€, Canal Plus a 300 projets qui lui arrivent. A l'inverse, pour les films à gros budget, Canal Plus choisit ses 10 films à partir d'une trentaine de projets.

Une nouvelle offre à la demande dans le groupe avec Infinity

En développant une offre Canal Play Infinity, Canal Plus diffuse désormais de la vidéo à la demande par abonnement, après les offres payantes de Canal Plus, Ciné Plus, et la plateforme de Vidéo à la Demande à l'acte Canal Play. Avec ce lancement, Canal Plus de mesure les difficultés techniques d'interopérabilité entre opérateurs ADSL. Aucun chiffre n'a été communiqué sur le nombre actuel d'abonnés à cette nouvelle offre qui focalise de nombreuses discussions dans le secteur.

Des futurs sous vigilance

Derrière ce bilan positif, se cachent pourtant deux inquiétudes majeures pour l'avenir.

Tout d'abord, le financement du cinéma n'est plus tout à fait aussi pérenne qu'avant. Les nouvelles chaînes en clair tardent à venir en préachats et sur des montants significatifs. Le DVD faiblit considérablement et la VàD ne se substitue pas du tout au DVD en valeur financière. Enfin, la crise des dettes publiques pèse sur les programmes d'aide public, particulièrement dans les régions.

Ensuite, il y a un risque plus insidieux mais réel : il concerne les prémices d'une rupture dans la cinéphilie entre des populations plus âgées et les plus jeunes (moins de 20 ans) qui ne regardent plus beaucoup de films français ; ce phénomène est nouveau. Certes, les films français sont regardés par 20% d'abonnés en plus par rapport à il ya cinq ans mais un revirement de la situation peut survenir dans les prochaines années. Il y a donc ici un point de vigilance afin de rétablir des passerelles dans la cinéphilie entre les générations. Il faudra probablement trouver les ressorts et les histoires pour attirer à nouveau ces très jeunes vers le cinéma français, ces populations étant désormais soumises à des flux continuels de vidéo.

 

Accéder aux comptes-rendus des autres rencontres et au programme de la SACD à Cannes

Reportage  Photos

Crédits LN Photographers