Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Budget , Ministère de la Culture

Voir tous les tags

Budget de la culture : une tendance très positive

La SACD prend note avec satisfaction de la forte augmentation de 5,5% du budget du ministère de la Culture et de la Communication qui, avec un montant de 3,6 milliards d'€, lui permet de représenter pour la première fois 1,1% du budget de l'État.

La SACD salue cette dynamique positive impulsée par Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, et par le gouvernement pour cette dernière année du quinquennat de François Hollande.

À ce stade, la hausse des engagements financiers à l'égard de l'audiovisuel et du cinéma via un budget du CNC en hausse de 5% et du spectacle vivant qui voit ses crédits croître de 4% est naturellement une bonne nouvelle pour le financement de la création et la diffusion des œuvres.

Les auteurs de la SACD sont aussi sensibles à l'effort important effectué en faveur de l'éducation artistique dont les crédits augmenteront de 12% en s'établissant à 64 millions d'€. Ces actions de présence et de proximité des artistes, d'échange avec les élèves et de pratiques artistiques sont cruciales dans une société qui s'interroge sur son identité et cherche les moyens de favoriser le vivre-ensemble. Plus que jamais, la culture et les créateurs doivent être au cœur du projet républicain.

Le financement de l'audiovisuel public va également être en croissance de 1,6%, permettant ainsi à France Télévisions de bénéficier d'une dotation publique renforcée de 38 millions d'€. Cet effort public supplémentaire devrait permettre de donner corps au plan de soutien à la création audiovisuelle, et à la fiction en particulier, présenté récemment par Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions. La SACD veut croire que ces moyens supérieurs seront mis à profit pour renforcer la diversité des genres, des formats et des cases de programmation de fiction sur le service public, dans le cadre d'une relation réellement renouvelée avec les auteurs.

En conclusion, elle espère que cet engagement public en faveur de la culture et de la création, inédit à ce niveau, pourra se prolonger et se pérenniser au-delà des échéances électorales. Seul un mouvement continu sera susceptible de donner, sur le long terme, un second souffle à l'ambition culturelle française, de dessiner les nouveaux contours de la diversité culturelle et de promouvoir une politique des créateurs.