Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Infos

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Cinéma , Distinction , Prix

Voir tous les tags

Benoît Delépine et Gustave Kervern élus Prix Henri-Jeanson 2010

En  images

Reportage photos

Crédits : Julien Attard (couleurs) / Eric Kristy (N&B) - SACD

Les vidéos :


Le Conseil d’administration de la SACD a décerné aux cinéastes Benoît Delépine et Gustave Kervern le Prix Henri-Jeanson 2010.

Ce prix récompense des auteurs dont « l’insolence, l’humour, la puissance dramatique perpétuent la mémoire de l’un des plus célèbres scénaristes et dialoguistes du cinéma français ». Il a été créé à l’initiative de Claude Marcy, l’épouse d’Henri Jeanson.

Bruno Delépine et Gustave Kervern ont été choisis pour leur singularité et la générosité qu’ils portent à travers leurs films. Les administrateurs de la SACD saluent par ce prix le « regard aigu sur la société ainsi que la vision personnelle, originale et salutaire sur le monde » de ces deux cinéastes.

Ce prix a été remis le 17 janvier dans les salons de  la SACD.

Benoît Delépine

Après des études de journalisme et un bref passage dans une agence de publicité, Benoît Delépine rentre à la fin des années 80 dans la grande famille Canal +. Sur la chaîne cryptée, son écriture insolente et son sens de la provocation et de l'absurde font mouche. Durant six ans, il est l'un des auteurs des Guignols, puis devient l'une des figures marquantes du journal télévisé satirique Groland, où il crée notamment le personnage du journaliste Michael Kael. En 1998, Benoît Delépine se lance dans l'aventure cinématographique avec Michael Kael contre la World News Company, long-métrage qu'il écrit et dans lequel il reprend son rôle popularisé sur petit écran. Un an plus tard, il fait la rencontre de Gustave Kervern sur le programme télévisé Grolandsat.

Gustave Kervern

Originaire de l'Ile Maurice, Gustave Kervern travaille sur plusieurs émissions de télévision dont Avis de recherche et Surprise sur Prise avant de collaborer avec Bruno Solo et Yvan Le Bolloc'h sur le Top 50 et Le plein de Super. Après un bref passage à la radio, il fait la rencontre en 1999 de Benoît Delépine avec lequel se noue une relation créative qui s'épanouira sur Canal + dans l'émission Grolandsat où son personnage alcoolique et bourru le fait connaître du grand public.

Leur cinéma

De leur collaboration naissent de nombreux sketchs puis, en 2004, ils s'engagent dans la réalisation de leur premier film, Aaltra. Présenté dans plusieurs festivals internationaux, ce road-movie en fauteuils roulants connaît un beau succès d'estime qui encourage les deux réalisateurs à poursuivre leur collaboration avec Avida, une comédie métaphysique, absurde et surréaliste, projetée en Sélection Officielle Hors Compétition au Festival de Cannes 2006.
Fidèle à l'esprit contestataire de Groland, le duo réalise ensuite en 2008 Louise Michel, une comédie noire sur des employés d'une usine décidés à liquider leur patron après une délocalisation sauvage. Porté par Yolande Moreau et Bouli Lanners, le film est notamment récompensé au Festival de San Sebastian où il reçoit le prix du scénario. Deux ans plus tard, Benoît Delépine et Gustave Kervern retrouvent Yolande Moreau aux côtés de Gérard Depardieu, Isabelle Adjani et Benoît Poelvoorde dans Mammuth, leur comédie présentée à la soixantième édition du Festival international du film de Berlin.

Henri Jeanson

Henri Jeanson (1900-1970) est l’un des plus célèbres dialoguistes du cinéma français. Journaliste, critique, pamphlétaire, scénariste, dialoguiste, auteur de théâtre, pacifiste et anarchiste, il se bâtit dès les années 20 une réputation de polémiste insolent et subversif. Il est l’auteur des dialogues de 80 films dont Pépé le Moko, Entrée des artistes, Fanfan la Tulipe, La Vache et le prisonnier, et bien sûr Hôtel du Nord.