Contact Presse : Agnès Mazet  |   tel : 01 40 23 45 11  |   email : agnes.mazet@sacd.fr  |   RSS Presse

Les  communiqués  Positions

Ajouter aux favoris / Partager

Tags : Cartes illimitées

Voir tous les tags

Agrément de la carte illimitée UGC-MK2 :

réaction de l'ARP et de la SACD

L'ARP et la SACD accueillent avec beaucoup d'inquiétudes et d'interrogations l'agrément délivré par le CNC à la nouvelle formule de carte illimitée du groupe UGC, rejoint désormais par MK2.

L'ARP et la SACD accueillent avec beaucoup d'inquiétudes et d'interrogations l'agrément délivré par le CNC à la nouvelle formule de carte illimitée du groupe UGC, rejoint désormais par MK2.

Dans un contexte marqué par de lourdes difficultés pour de nombreuses salles indépendantes, qui constituent un élément essentiel de la diversité culturelle dans notre pays, l'ARP et la SACD considérent que l’avantage concurrentiel qu’obtiennent UGC et MK2 avec la validation de cette nouvelle formule d’abonnement ne peut qu’aboutir à une fragilisation accrue des salles indépendantes et à une destabilisation des relations commerciales entre UGC et MK2 et les autres professionnels de la filière cinématographique.

L'ARP et la SACD rappellent en effet que l’association entre UGC et MK2 sur le marché parisien – marché directeur de l’exploitation cinématographique – place cette formule de carte en position dominante avec près de 70% de part de marché.

Elles s'indignent, en outre, qu'UGC et MK2 aient obtenu la possibilité d'augmenter de 10% le prix – acquitté par le spectateur - de leur carte d'accès illimité et d'en accroître ainsi la rentabilité tout en maintenant et en confirmant le gel du prix de référence qui sert de base à la rémunération accordée aux distributeurs, producteurs et auteurs.

Elles regrettent ainsi que le principe d'une juste rémunération des ayants droit, et notamment des créateurs, qui prévaut traditionnellement dans l'économie générale du cinéma, ait été sacrifié sur l'autel de la rentabilité financière de grands groupes d'exploitants.

Enfin, l'ARP et la SACD n'excluent pas que cette nouvelle formule d'abonnement permettant de faire bénéficier n’importe quelle personne d’une place « gratuite » puisse favoriser l'émergence et le développement de fraudes et d'un marché noir. Il est tout à fait envisageable qu’un détenteur de cette nouvelle carte puisse revendre à des tiers des places à des prix extrêmement compétitifs et bien en deçà du prix normal d’une place.

Dans ces conditions, l'ARP et la SACD déplorent vivement qu'aucune garantie n'ait été exigée par les pouvoirs publics pour éviter :

  • un affaiblissement des conditions de concurrence entre les exploitants ;
  • un bouleversement remettant en cause l’équilibre général des relations entre les exploitants, les distributeurs, les producteurs et les auteurs ;
  • une stagnation inquiétante de la rémunération versée aux distributeurs, aux producteurs et aux auteurs alors que le prix des cartes augmentera de 10%, après avoir déjà connu des hausses allant de 20% à 30% ces 5 dernières années .

A contrario, l'ARP et la SACD estiment que l'opacité actuelle de la vente et de la gestion des cartes illimitées aurait du inciter le CNC à exiger des gages en matière de transparence qui constitue par ailleurs la clé de voûte du système de régulation du cinéma.

Elles considérent également que toute augmentation du prix des cartes devrait  s'accompagner d'une hausse symétrique de la rémunération des ayants droit.

Aussi, elles appellent les pouvoirs publics, et en particulier Mme Christine Albanel, Ministre de la Culture et de la Communication, à entreprendre, sans attendre le délai de deux ans annoncé par le CNC, une réforme en profondeur de la réglementation des cartes d'accès illimité au cinéma qui devra permettre d'organiser les conditions d'une réelle transparence de ce système d'abonnement, de sauvegarder des conditions de rémunération des ayants droit équitables et justes et de ne pas mettre en péril le tissu des salles indépendantes.

Les  dossiers  de  la  SACD